Tunisie : arrestations en direct à la télévision

Tunisie : arrestations en direct à la télévision

Des membres des forces de sécurité tunisiennes encagoulés font irruption au siège de l’ordre des avocats et s’emparent de l’avocate Sonia Dahmani. Tout commence sur un plateau de télévision mardi dernier. Après une remarque sur l'arrivée des migrants dans le pays, l'avocate et chroniqueuse réagit en ces termes : "De quel pays extraordinaire parle-t-on ?" C’est une insulte à la Tunisie, hurlent les internautes. Cette phrase lui vaut d'être invoquée par la justice. Sonia Dahmani refuse de se présenter. Ce qu'on lui reproche : de porter atteinte à la sûreté publique et d'inciter à la haine. La peine encourue va jusqu'à cinq ans de prison depuis le passage d'un décret promulgué il y a deux ans par le président Kaïs Saïed. Dans un contexte de répression, en un an et demi, plus de 60 personnes, avocats, opposants et journalistes ont été poursuivies pour ce motif. L'ordre des avocats de Tunisie se met en grève en réaction. Un présentateur de télévision et un chroniqueur ont également été arrêtés ce samedi soir pour leur critique sur la situation du pays. TF1 | Reportage F. De Juvigny

Journal de 13 heures
1m28

Journal de 13 heures