fond À la découverte de Trévise, la petite Venise
À la découverte de Trévise, la petite Venise

À la découverte de Trévise, la petite Venise

Des canaux, des palais aux murs de briques rouges, des statues, des symboles vénitiens, des arcades avec leurs vieux cafés, nous ne sommes pas à Venise mais à Trévise. Moins connue et plus discrète que la cité des Doges, elle est aussi une ville d'eaux. Elle est traversée par le fleuve Sile. Ce dernier s'étend sur une centaine de kilomètres jusqu'à la mer Adriatique. Dans la campagne, l'eau du fleuve est vitale pour la fameuse trévise, un des légumes les plus prisés en Italie. Si en France, la trévise est une salade rouge, en Italie, c'est une ancienne chicorée sauvage que les locaux appellent le radicchio de Trévise. C'est pendant l'hiver, quand le thermomètre descend au-dessous de 0°C, qu'il faut la récolter. La famille Menegazzi la travaille depuis des générations. Ce produit rare est vendu jusqu'à 8 euros le kilo sur certains étals. La fleur de l'hiver comme on la surnomme à Trévise fait le bonheur des cuisiniers. Carlo Pasin, chef du restaurant "Pasina", en a fait l'ingrédient-phare de son établissement à Dosson (Italie). Il le décline en salade, en grillade, en risotto ou encore en assaisonnement pour les pâtes. Ce légume croquant apporte aussi une pointe d'amertume. À 79 ans, Carlo Pasin est allé jusqu'en Asie pour faire la promotion du radicchio de Trévise. T F1 | Reportage D. Bordier, P. Delporte, B. Bedarida
MA LISTE
Journal de 20 heures
3m48
Publiée le 10 janvier 2022 à 20:36
Dispo 3jJournal de 20 heures