fond Affaire Pegasus : comment se protéger des logiciels espions ?
Affaire Pegasus : comment se protéger des logiciels espions ?

Affaire Pegasus : comment se protéger des logiciels espions ?

C'est une obligation depuis 2014. À chaque conseil de ministres, les participants laissent leurs téléphones à l'entrée. La confidentialité des échanges est prise au sérieux par l'État. Quels sont les garde-fous utilisés pour protéger le gouvernement ? Il y a d'abord un téléphone portable avec un très haut niveau de chiffrement, obligatoirement fabriqué par une entreprise française. "Le téléphone, physiquement, va être différent de celui qu'on peut acheter dans les magasins. Il va par exemple être rempli de colle pour ne pas pouvoir être démonté, pas pouvoir ajouter quelque chose dedans. Et puis de la même manière, le logiciel qui est dans le téléphone va être complètement différent pour ne pas avoir les mêmes failles de sécurité que celui qu'on a classiquement", explique Gérôme Billois, expert en cybersécurité chez Wavestone. Problème, le correspondant doit être doté d'un exemplaire identique. Et ce terminal est complexe, très contraignant à utiliser, réservé aux communications les plus sensibles. Pour tout le reste, les hauts responsables politiques ont leurs smartphones personnels avec toutes les applications grand public, un matériel beaucoup plus exposé. Comment améliorer la protection de ce type d'appareils face à la cybercriminalité ? Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article.
MA LISTE
Journal de 20 heures
1m56
Publiée le 20 juillet 2021 à 20:03
Dispo 11jJournal de 20 heures