Airbags défectueux : les garagistes débordés

Airbags défectueux : les garagistes débordés

À Vitrolles (Bouches-du-Rhône), la voiture d'Anaïs Granaot n'a pas bougé d'un centimètre depuis trois semaines. Le constructeur lui demande de ne pas rouler, car l'airbag de sa C3 risque de se déclencher à tout moment et potentiellement provoquer de graves blessures. Problème, trois semaines sans voiture est long. Chaque déplacement avec son bébé vire au casse-tête. Après de nombreux appels infructueux, l'entreprise lui a finalement promis un véhicule de remplacement qu'elle attend toujours. Des témoignages comme celui-là, Me Christophe Léguevaques, avocat au barreau de Paris, en a reçu une centaine. Il lance ce mercredi soir sur le site MyLeo une action collective en justice contre Citroën. "Ce soir, toutes les personnes intéressées peuvent s'inscrire en ligne, et à partir de là, participer à la procédure", explique l'avocat. S'il réunit plus de mille signataires, il portera plainte en leurs noms contre le constructeur et demandera des dommages et intérêts. "Rien n'est prêt. Ils n'ont pas acheté des stocks d'airbags, même le simple accueil téléphonique n'est pas à la hauteur. Ils sont complètement débordés. On a l'impression qu'un amateurisme qui est indigne d'un constructeur de renommée mondiale", déplore Me Christophe Léguevaques. TF1 a vérifié en appelant plusieurs garages. Tous semblent déborder. Le groupe Stellantis que TF1 avait contacté assure avoir presque doublé ses effectifs dans son centre d'appel et le nombre de ses véhicules de remplacement. Ils arriveront petit à petit dans les concessions. Pour rappel, des centaines de milliers de voitures aux airbags défectueux ont été rappelés par le constructeur. TF1 | Reportage V. Dépret, P. Ninine, E. Binet

Journal de 20 heures
2m
2 jours restants

Journal de 20 heures