fond Capteurs CO2 : les lieux clos sont-ils assez aérés ?
Capteurs CO2 : les lieux clos sont-ils assez aérés ?

Capteurs CO2 : les lieux clos sont-ils assez aérés ?

C'est un après-midi ordinaire dans ce fast-food parisien où il y avait beaucoup de clients. Nous avons filmé en caméra discrète pour sortir notre capteur de CO2. Cet appareil permet de mesurer la présence de ce que l'on expire, en parlant, en toussant, par exemple. Plus le chiffre est élevé, plus les risques d'infection au Covid sont importants. Dans ce lieu clos, sans masque, il ne devrait pas dépasser les 600. Or, nous avons été à 1 996, trois fois plus. En plein air, les voyants sont au vert. Le capteur est à 400, bien en dessous des seuils d'alerte. Mais dans une rame de métro bondée, l'appareil s'emballe et atteint jusqu'à 1 232 ppm. Or, les scientifiques considèrent que l'air n'est pas assez renouvelé à partir de 800. Quand on ouvre les fenêtres, la concentration en CO2 chute immédiatement. Ensuite, nous nous sommes rendus dans un restaurant quasi vide cette fois. Mais quand bien même, l'appareil affiche plus de 1 200 ppm. Il est impossible de porter son masque à table. Il existe des lieux clos où nous passons encore plus de temps. Le train par exemple. Nous prenons place à bord d'un TGV où le capteur de CO2 va battre tous les records. En une demi-heure dans le train et le capteur est passé de 450 à près de 1 200 ppm. Et il continue d'augmenter, nous dépasserons les 2 000. Nous avons fait notre dernière escale dans un grand centre commercial où il y avait beaucoup d'espaces même en ce début des soldes. Le capteur est dans la norme. La qualité de l'air est surveillée en permanence. La galerie possède ses propres appareils. TF1 | Reportage M. Verron, G. Aguerre
MA LISTE
Journal de 20 heures
2m20
Publiée le 13 janvier 2022 à 20:02
Dispo 9jJournal de 20 heures