Aller directement au contenu
Coiffeurs, ambulanciers, pharmaciens : la course au recrutement

Coiffeurs, ambulanciers, pharmaciens : la course au recrutement

Des jeunes ambulancières ne comptent pas leurs heures, pour venir en aide aux malades. Elles n'ont pas hésité avant d'enfiler cet uniforme. Mais ce genre de profil, il y en a peu. Il manque 26 postes à temps plein dans cette société d'ambulance. Le principal problème est qu'il faut trois ans de permis au minimum, pour être embauché et cela est rédhibitoire pour de nombreux jeunes. Elle vient enfin de reconstituer son équipe, mais ce fut long. Pour Ana Socoliuc, gérante de la pharmacie Lombard, il a fallu un an de recherche et plusieurs concessions pour pouvoir faire tourner sa pharmacie. Les jeunes sont moins attirés par les métiers de l'officine. Plus d'un millier de places sont vacantes dans les universités de pharmacie française. Ces pénuries de main-d'œuvre freinent l'activité de bons nombres d'entreprises. Pour se faire coiffer dans ce salon, mieux vaut être patient. Car, faute de personnel, il faut réserver dix jours à l'avance. Cela fait des mois que la gérante du "Le salon d'Issy", Céline Lainé, recherche un à deux employés supplémentaires. Mais, entre les envies de reconversion et un travail jugé parfois trop physique, le recrutement se complique. Ce cas est loin d'être isolé, il manque 10 000 coiffeurs, partout en France. TF1 | Reportage V. Dépret, C. Chevreton, A. Hanout
MA LISTE
Journal de 20 heures
1m58
21 sept. 2022 à 20:14
Journal de 20 heures