fond Décharges sauvages : un réseau de trafiquants démantelé
Décharges sauvages : un réseau de trafiquants démantelé

Décharges sauvages : un réseau de trafiquants démantelé

Ces 30 000 m3 de déchets sont partis en fumée sur ce site de stockage, soit 30 fois plus que la limite autorisée. C'était le 26 décembre dernier à Saint-Chamas dans les Bouches-du-Rhône. La justice soupçonne un incendie criminel pour camoufler des stocks illégaux. Une situation que le maire, Didier Khelfa, dénonçait depuis des mois. “J'ai alerté les pouvoirs publics pour dire attention, ce qu'ils font n'est pas normal. Soit on a affaire à des irresponsables, soit on a affaire à des voyous ou des criminels. Aujourd'hui, j'ai la réponse”, déclare-t-il. Leur mode opératoire est bien rodé. Des escrocs répondent à un appel d'offres pour recycler des déchets. Une fois le contrat obtenu, les trafiquants demandent à des entreprises de transport d'évacuer ces déchets. Ces dernières les stockent dans des hangars, les enfouissent dans des terres agricoles, ou les abandonnent dans des décharges illégales. Un business extrêmement juteux, puisque les tonnes de déchets se vendent jusqu'à 250 euros. L'un des organisateurs des réseaux, démantelé aujourd'hui dans trois départements, s’agit de Richard Pérez, une figure régionale du banditisme surnommée le roi des poubelles. Il vient d'être mis en examen et placé en détention provisoire. Selon son avocat, il est lui-même victime. “Il a été obligé de recourir à des sous-traitants en quelque sorte. Et c'est là qu'il est tombé sur un escroc, qui louait des hangars et qui faisait croire qu'il traitait les déchets, ce qu'il ne faisait pas”. Près d’un million de tonnes de déchets seraient abandonnés chaque année en France. TF1 | Reportage H. Dreyfus, R. Bey, H. Massiot, B. Guesnais, N. Carme, Y. Taoufik, S. Mourava, G. Jongis
MA LISTE
Journal de 20 heures
2m00
12 May 2022 à 20:17
Journal de 20 heures