fond Emploi : ils quittent tout pour ouvrir une boulangerie
Emploi : ils quittent tout pour ouvrir une boulangerie

Emploi : ils quittent tout pour ouvrir une boulangerie

À six heures, Annecy s'éveille à peine. Elodie Hamon, elle, est en plein coup de feu. Difficile d'imaginer qu'elle a travaillé pendant quinze ans dans la finance à Paris. Dans son précédent travail, la rigueur était de mise, une qualité qui lui est toujours utile. Elle n'avait aucun lien avec le milieu de la boulangerie, mais une furieuse envie. Cet épanouissement personnel a un prix. En changeant de métier, ses revenus ont chuté. Elle compte 2 200 euros en moins sur sa fiche de paie, mais elle travaille désormais à horaire fixe, huit heures par jour contre douze auparavant. Au lever du jour, Maxime Franck rejoint Élodie au pétrin. Il était couturier, mais à 34 ans, il a déjà connu de nombreuses vies professionnelles. D'un naturel réservé, il est sorti de sa zone de confort. Dans cette boulangerie, tout le monde passe à tour de rôle de la fabrication à la vente. Une flexibilité est un esprit d'équipe voulu par François Xavier, le patron de la boulangerie. Il était commercial et sa femme chargé de communication. Ils sont repartis à zéro et ont passé un bac pro boulanger.
MA LISTE
Journal de 20 heures
2m54
Publiée le 12 octobre 2021 à 20:22
Dispo 1jJournal de 20 heures