Enclaves résidentielles : quand l’espace public devient privé

Enclaves résidentielles : quand l’espace public devient privé

C'est impossible de ne pas les voir quand vous circulez dans la ville de Marseille. Les grilles et les caméras de surveillance sont de plus en plus présentes dans tous les quartiers. Petit à petit, la ville ouverte se ferme. Ça sera bientôt le cas dans ce lotissement de résidences qui compte plus de 1 000 copropriétaires. Ici, quatre grands portails et quatre grandes barrières et six portillons vont être installés. L'objectif affiché est la sécurité des biens et des personne, la lutte contre les trafics, mais aussi l'arrêt du stationnement anarchique, particulièrement le jour des matchs au stade Vélodrome. Pour cela, les copropriétaires sont prêts à débourser près de 300 euros chacun pour l'installation. Ils paieront aussi pour l'entretien annuel, mais un autre argument a su les convaincre. Selon une étude menée par des chercheurs de l'université d'Aix-Marseille, il y aurait 1 609 lotissements fermés à travers la ville. Un record pour le pays. Le nombre de résidences fermées à Marseille a été multiplié par huit depuis 1990. Ces enclaves sécurisées ont largement dépassé les frontières des quartiers chics. Plus de détails dans le reportage en en-tête de cet article. T F1 | Reportage M. Perrot, S. Fargeot
MA LISTE
Journal de 20 heures
3m33
22 Jun 2022 à 20:32
Journal de 20 heures