fond Garde champêtre : un métier qui a de l’avenir
Garde champêtre : un métier qui a de l’avenir

Garde champêtre : un métier qui a de l’avenir

Il y a encore quelques mois, ils étaient éducateurs sportifs, cascadeurs ou animateurs. Aujourd'hui, ils suivent une formation de six mois pour devenir garde champêtre. Ce jour-là, l'exercice consiste à contrôler un chasseur. Aujourd'hui, de la surveillance des forêts jusqu'au contrôle de vitesse, les missions du garde champêtre sont nombreuses. C'est cette polyvalence qui a plu à François. Il y a quatre ans, ce trentenaire a troqué son uniforme de militaire contre celui de garde champêtre. Désormais, son quotidien est de patrouiller dans les espaces verts de sa commune de Seine-Maritime où les déchets se sont multipliés. En plus de ses missions de gardien de la nature, il collabore avec la police municipale et surtout, il est en contact direct avec la population. Ils sont présents sur toute la commune et sont capables de tout faire ou presque. C'est une aubaine pour les élus. La présidente de l'agglomération a même préféré recruter des gardes champêtres plutôt que des policiers municipaux. Ils étaient deux il y a deux ans, ils sont treize désormais. Rémunérés 1 400 euros net en moyenne en début de carrière, ils sont près d'un millier à exercer ce métier dans l'Hexagone. T F1 | Reportage M. Stiti, N. Pellerin
MA LISTE
Journal de 20 heures
2m49
11 May 2022 à 20:28
Journal de 20 heures