fond Pompiers volontaires : les vocations au plus bas
Pompiers volontaires : les vocations au plus bas

Pompiers volontaires : les vocations au plus bas

Dans cette maison de Félines-Minervois, les pompiers sont en pleine intervention. Il y a une quinzaine de minutes, une nonagénaire a fait un malaise. Un centre de secours se trouve sur la commune, géré uniquement par des pompiers volontaires, mais ce matin, aucun n'était disponible. Alors, ce sont les pompiers du village voisin, à une dizaine de kilomètres, qui ont répondu à l'appel. Dans la caserne, on ne constate pas de manque de vocation, mais comme partout en France, les pompiers volontaires doivent concilier cette activité avec leur vie professionnelle. Ils peuvent être mobilisés plusieurs heures sur une intervention pendant leur journée de travail. La mise en place de ce type de disponibilité est ainsi difficile à accepter pour les employeurs. Pour être disponible à tout moment, le capitaine Jean-Yves Dufaud, lui, a trouvé une solution. Il a déplacé son bureau de chef d'entreprise dans le centre de secours à Olonzac. Sur les 52 pompiers de la caserne, huit doivent être disponibles chaque jour, et même si l'effectif a augmenté ces dernières années, les interventions se sont aussi multipliées. En moyenne, un pompier volontaire est rémunéré 200 euros par mois.
MA LISTE
Journal de 20 heures
2m04
Publiée le 13 octobre 2021 à 20:17
Dispo 2jJournal de 20 heures