Pouvoir d'achat : le business du parrainage

Pouvoir d'achat : le business du parrainage

Pendant son shopping, Josée Rudier fait très attention aux produits qu'elle achète. Alors, quand elle trouve une marque qui lui plaît, elle veut en faire profiter ses proches. C'est ce qu'on appelle une marraine. Cette activité, occasionnelle pour Josée, s'apparente pour certains à un véritable complément de revenus. Elle leur rapporte jusqu'à plusieurs centaines d'euros par mois. Et quand l'entourage ne suffit plus, il y a aussi internet. Par exemple, certaines personnes recherchent des filleules sur les réseaux sociaux. Il existe même des sites spécialisés qui mettent en relation parrains et filleules. Selon les marques, les offres concernent des frais de livraison supprimés, des chèques-cadeaux ou même des mois offerts sur des abonnements. Autre exemple, Rakuten, site d'e-commerce, promet des réductions de 10 euros pour les deux parties. Pour les banques en ligne, le système de bouche à oreille est aujourd'hui le premier moyen pour attirer de nouveaux utilisateurs. D'ailleurs, Boursorama a limité ses clients à 20 parrainages par an. L'enjeu, éviter les abus et les fausses inscriptions de filleules qui ne chercheraient qu'à toucher la prime de bienvenue. Attention, si ces revenus ne sont plus occasionnels et dépassent plusieurs milliers d'euros par an, vous devrez les déclarer aux impôts. TF1 | Reportage L. Kebdani, A. Hanout, G. Parrot.
MA LISTE
Journal de 20 heures
1m59
20 sept. 2022 à 20:12
Journal de 20 heures