fond Procès du 13-Novembre : une épreuve nécessaire pour les familles de victimes
Procès du 13-Novembre : une épreuve nécessaire pour les familles de victimes

Procès du 13-Novembre : une épreuve nécessaire pour les familles de victimes

Au départ, ils ne voulaient pas assister au procès. Le 13 novembre 2015, les deux couples ont perdu leurs enfants au Bataclan, Marie et Mathias. Ce matin, ils sont finalement venus ensemble pour témoigner pour tous ceux qui ne le peuvent pas. "Il faut une certaine force pour venir aujourd'hui à l'ouverture du procès. Je vous avoue que ce n'est pas du tout simple", nous a fait part Maurice Lausch, père de Marie. "Quand il y en a un qui a un moment de douleur, le deuxième prend le relais. On est là pour tous ces blessés et familles de décédés", a poursuivi Jean-François Dymarski, père de Mathias. Il y a quelques jours, chez lui à Metz, devant le mémorial, les initiales de Marie et Mathias, Jean-François nous racontait ce combat. "De profil, on voit les deux M qui sont bras dessus, bras dessous, comme pour le logo mais qui sont en train de continuer à avancer, malgré tout ce qui est arrivé", a-t-il déclaré. Pour avancer, Jean-François Dymarski a ce qu'il appelle sa béquille, une association créée par les quatre parents avec les amis de leurs enfants. Ensemble, ils ont fait construire une piste de BMX, une des passions de Marie et Mathias. Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article.
MA LISTE
Journal de 20 heures
2m06
Publiée le 08 septembre 2021 à 20:06
Dispo 1jJournal de 20 heures