Réseaux "Uber shit" : quand la drogue est livrée ... à domicile

Réseaux "Uber shit" : quand la drogue est livrée ... à domicile

Marjolaine rentre chez elle. Parfois avant des fêtes, des concerts, elle achète de la drogue, à partager avec ses amis. Elle a contacté un dealer, dont les numéros s'échangent par le bouche-à-oreille ou sur des groupes en ligne. L'échange est rapide. Elle demande de l’ecstasy et de la cocaïne. Le dealer, qui propose toutes sortes de drogues, fait comme un commerçant professionnel, il lui présente un devis. En attendant le livreur, elle nous explique que ces commandes à distance ne sont pas seulement plus pratiques que le déplacement en un point de deal, souvent situé dans des quartiers difficiles. Il y a moins de risque aussi, d'être arrêté par les policiers qui surveillent les points de deal. Les autorités d’ailleurs, n’inquiètent pas du tout la jeune femme. Elle va récupérer sa commande. Les dealers ne se déplacent pas, ils envoient des livreurs, une livreuse, même sur les images. Ce n’est pas rare, les trafiquants estiment qu'elles sont souvent plus fiables que les hommes, mais qu'elles éveillent moins les soupçons. Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article. TF1 | Reportage F. Litzler, A. Creff, B. Hacala

Journal de 20 heures
5m
6 jours restants

Journal de 20 heures