Sur les lieux de l'incendie, enquête sur un "acte de sabotage"

Sur les lieux de l'incendie, enquête sur un "acte de sabotage"

Les équipes de la SNCF montrent les lieux du sabotage. "Sabotage" est le mot pour qualifier cet acte. Les enquêteurs affirment que l'incendie est criminel. L'une des armoires électriques qui a été incendiée a été photographiée. Le site n'est pas indiqué par référence et publiquement. Il est protégé par une grille, d'habitude fermée en permanence. "Ici, les installations sont particulièrement sécurisées, vous l'avez vu en pénétrant sur le site, donc on ne vient pas ici par hasard", affirme Damien de la Croix-Vaubois, directeur infrapôle Paris-Est chez SNCF réseau. Il y a eu deux départs de feu, un de chaque côté du tunnel. Les autorités ont trouvé des traces d'essence sur les câbles brûlés. D'après plusieurs agents de la SNCF, les ou le saboteur, pour frapper ici, devrait très bien savoir ce qu'il cherchait. Les premiers éléments de l'enquête appui cette idée. "Un portillon d'accès aux voies de la SNCF était ouvert sans aucune trace d'effraction", dit Jean-Baptiste Bladier, producteur de Meaux. Le sabotage s'est produit à proximité du poste d'aiguillage de la gare de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) à une heure du matin. Il entraîne la coupure totale du trafic jusqu'à la gare de l'Est. Les circuits touchés sont le point central et vital du réseau SNCF. TF1 | Reportage F. Litzler, I. Rachati, O. Stammbach
MA LISTE
PARTAGER
Journal de 20 heures
1m28
24 janv. 2023 à 20:02

Journal de 20 heures