fond Trafic de drogue : 4 mois après, retour à Cavaillon
Trafic de drogue : 4 mois après, retour à Cavaillon

Trafic de drogue : 4 mois après, retour à Cavaillon

Depuis quelques mois, les CRS investissent la cité du docteur Ayme à Cavaillon. Fouille des hauts d'immeuble, des étages. Quelques heures de répit pour les habitants. Car sitôt les forces de l'ordre reparties, le trafic reprend ses droits. Le réseau a tout simplement adapté ses horaires. Aux entrées de la cité, des jeunes parfois mineurs et qui viennent souvent d'ailleurs. Gardant cette porte, cet adolescent nous dit être originaire de Nîmes, à une centaine de kilomètres de là. Au cœur d'une guerre de territoires cet été, ce quartier de Cavaillon a vécu un déferlement de violences. Un homme cagoulé, pointant son arme vers les balcons, des morts dans des règlements de comptes, des tirs à toute heure de la journée. Ces habitantes vivent désormais avec la peur au ventre. Et si depuis quelques mois la tension est redescendue d'un cran, le bruit des kalachnikovs n'a pas disparu pour autant. Pour empêcher de nouvelles scènes de guerre, une brigade de sécurité de proximité vient d'être créée au commissariat de Cavaillon. Huit fonctionnaires doivent la renforcer dès le début du mois prochain. Pour les syndicats, il en faudra plus pour arrêter un trafic avec un chiffre d’affaires de 30 000 à 60 000 euros par jour. En septembre, la mairie avait délocalisé certains services sociaux pour protéger ses employés. Ils ont réinvesti leurs locaux depuis le début du mois. Un retour salué par certains habitants, mais selon ce militant associatif, les moyens employés pour prévenir la délinquance restent dérisoires. Malgré une légère amélioration, dans la cité du docteur Ayme, le sentiment d'abandon reste très présent. Contactée, la mairie n'a pas donné suite à nos demandes d'interview. T F1 | Reportage B. Guénais, R. Fontalba
MA LISTE
Journal de 20 heures
3m03
Publiée le 12 janvier 2022 à 20:17
Dispo 8jJournal de 20 heures