fond Trains : que va changer l’ouverture à la concurrence ?
Trains : que va changer l’ouverture à la concurrence ?

Trains : que va changer l’ouverture à la concurrence ?

Sur les quais de la ligne TER Nice-Marseille ce jeudi matin, on n'observe que des trains siglés SNCF. Mais pour combien de temps ? Avec l'arrivée possible d'un nouvel opérateur, Transdev, les voyageurs devront s'habituer à de nouvelles rames et de nouveaux services. Mais les avis sont partagés. Si certains sont déjà convaincus, d'autres restent encore très sceptiques. Alors, que va changer cette ouverture à la concurrence pour les clients ? Les prix des billets vont-ils baisser ? A priori non, même avec un autre opérateur que la SNCF, les tarifs des billets TER resteront fixés par les régions elles-mêmes. En revanche, il y aura plus de trains. Pour Nice-Marseille par exemple, Transdev promet de passer de 7 à 14 allers-retours par jour dès 2025. Et une fois à bord, il y aura d'autres innovations pour les voyageurs comme la possibilité d'acheter des billets à des automates. Y aura-t-il aussi moins de grève ? C'est en tout cas ce qui a été observé sur la seule ligne privée de France entre Carhaix et Paimpol. D'autres régions sont-elles concernées par l'ouverture à la concurrence ? Oui, hormis Provence-Alpes-Côte d'Azur, quatre ont déjà lancé leurs appels d'offres : les Hauts-de-France, l'Île-de-France, les Pays de la Loire et le Grand Est. La Bretagne ou encore l'Occitanie se disent encore réticentes. Mais quoi qu'il arrive, elles devront ouvrir leurs lignes TER à concurrence. Ce sera obligatoire dès décembre 2023.
MA LISTE
Journal de 20 heures
1m59
Publiée le 08 septembre 2021 à 20:12
Dispo 8jJournal de 20 heures