fond Truffe française : un marché très convoité
Truffe française : un marché très convoité

Truffe française : un marché très convoité

C’est une culture qui gagne du terrain. Chaque année, dans l’Hexagone, plus de 1 000 nouveaux hectares d’arbres truffiers sont plantés. Avec l’espoir de récolter à leur pied, dix ans après, le fameux diamant noir, la truffe d’hiver tuber melanosporum, l’un des trésors de la gastronomie française. Et la tendance ne fait que s’accentuer. Selon les prévisions, le marché mondial de la truffe noire devrait augmenter de 19% d’ici 2023, et sans doute doubler d’ici 2030. Même avec la fermeture des restaurants, la truffe ne connaît pas la crise. De quoi faire briller les yeux des investisseurs, mais aussi des particuliers qui sont de plus en plus nombreux à l’aventure. La culture de la truffe noire est de mieux en mieux maîtrisée et depuis peu le secret de sa sœur, encore plus rare, encore plus prisée, la truffe blanche d’Italie, est en prise d’être percé. Au bout de 20 ans de recherches, pour la première fois de l’histoire, une tuber magnatum a été récoltée dans notre pays au pied d’un arbre sorti du laboratoire du programme de mycorhization Robin Pépinières de Saint-Laurent-du-Cros dans les Hautes-Alpes. Pour le moment, sept truffes blanches seulement ont été récoltées grâce à ce procédé scientifique. C’est peu mais cela fait déjà tourner les têtes. La truffe blanche se vend actuellement, en moyenne à 6 000 euros le kilo. Découvrez l’intégralité de ce reportage dans la vidéo ci-dessus.
Journal de 20 heures
4m09
Publiée le 05 avril 2021 à 20:21
Dispo 8jJournal de 20 heures