Usines à risques : comment sont-elles contrôlées ?

Usines à risques : comment sont-elles contrôlées ?

L'usine de Bergerac a déjà connu un incendie en février 2020. Il avait fait un blessé léger. Le site est répertorié dans la catégorie à haut risque du classement Seveso. En France, on compte 1 300 sites Seveso, dont 700 à haut risque . Ils utilisent des matériaux très dangereux susceptibles de créer des accidents importants. La sécurité est donc un enjeu majeur, avec trois grands risques : l'incendie, l'explosion et la pollution. Il s'agit de tout faire pour prévenir ces risques. Dans le site, comme celui de Bergerac, l’entreprise doit mettre à jour tous les cinq ans ce qu'on appelle l'Étude des dangers. L'objectif est d'ajuster le plan d'urgence et aussi d'informer correctement les services publics de secours s'ils doivent intervenir en cas de sinistre. Pour prévenir les risques, des contrôles sont également effectués par les services de l'inspection des installations classées. Mille six cents inspecteurs réalisent environ 18 000 contrôles par an. Mais, leur champ d'action ne concerne pas seulement les Seveso, mais 500 000 sites en tout. Les règles de sécurité fixées par l'Etat évoluent au fil des ans et des accidents. Après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen en 2019, la réglementation sur les stockages de produits chimiques, par exemple, a été renforcée. TF1 | Reportage F.Agnès, L.Adda
MA LISTE
Journal de 20 heures
1m42
3 août 2022 à 18:04
Journal de 20 heures