Vacances : des maires déclarent la guerre aux jet-skis

Vacances : des maires déclarent la guerre aux jet-skis

Ils sont devenus la bête noire de la Méditerranée. Jugés trop rapides, trop bruyants, des centaines de jet-skis envahissent la côte chaque été. Et avec eux, des conducteurs imprudents. Dans les Pyrénées-Orientales, les infractions en mer ont augmenté de 20% en un an. Pourtant, comme toute embarcation, la conduite du jet-ski est strictement réglementée. Les gendarmes maritimes multiplient les contrôles. À moins de 300 mètres des côtes, il est interdit de naviguer à plus de 5 nœuds, soit 10km/h. L’été, la fréquentation en mer est multipliée par dix par rapport à la basse saison. Alors, la plupart des villes du littoral limite leurs accès aux jet-skis. Au Barcarès, la rampe de mise à l’eau est désormais payante à 22 euros. Et à quelques kilomètres, Canet-en-Roussillon a décidé d’en interdire totalement l’accès. Une injustice pour les passionnés. L’économie de tout le secteur est également mise à mal. Thierry Scharff vend des jet-skis depuis plus de 20 ans. Sur les 40 ports de la côte, une trentaine refuse désormais la mise à l’eau des scooters de mer. TF1 | Reportage A. Bacot, C. Astruc
MA LISTE
Journal de 20 heures
1m59
4 août 2022 à 18:25
Journal de 20 heures