24 heures en immersion avec les dépanneurs du froid

24 heures en immersion avec les dépanneurs du froid

L'un répare les climatiseurs défectueux, l'autre les chambres froides hors-service Pour ces deux professionnels du froid, la journée va être très longue. Ce vendredi matin à 8 heures, première intervention, la climatisation d'une pharmacie fuit depuis plusieurs jours. Carlos Ribeiro, technicien chez Clim Denfert à Paris, n'a pas la pièce de rechange. Il s'est contenté d'une solution de fortune pour se servir de la clim et préserver les médicaments de la chaleur extérieure. À la même heure à l'entreprise qui répare les chambres froides, une dizaine d'interventions sont déjà programmées pour la journée. Khaled Bouajila, technicien dépannage frigoriste à Morsang-sur-Orge dans l'Essonne, a rendez-vous chez un fabricant de sushi. Il s'agit d'une urgence. Dans les chambres froides, la température est anormalement élevée. L'intervention est rapide. Il s'agissait d'un court-circuit. À 11 heures, au standard des réparateurs de clim, le téléphone n'arrête pas de sonner. Cet été, le nombre d'appels a doublé jusqu'à 200 par jour. En cause, les températures élevées. À 14 heures, les deux réparateurs sont de retour sur la route. Au compteur, entre 100 et 300 km parcourus par jour. Jeudi, Carlos volait au secours d'un grand pâtissier. Vendredi après-midi, il se rend chez un particulier qui ne se voyait pas continuer à télétravailler sans climatisation. À 18 heures, Khaled effectue une opération de contrôle dans un restaurant à Paris. Il vient vérifier la température de la chambre froide, réparée en urgence la semaine dernière. Pour nos deux réparateurs, la journée est loin d'être terminée. Depuis le début de l'été, ils finissent rarement leur journée de travail avant 2 heures du matin. TF1 | Reportage J. Coulais, L. Gorgibus
MA LISTE
Le Journal du week-end
2m22
5 août 2022 à 18:14
Le Journal du week-end