Aller directement au contenu
Question de survie : le Qatar mise sur le sport

Question de survie : le Qatar mise sur le sport

Il y avait le Qatar traditionnel, celui des Bédouins et du désert. Il y a désormais, celui des stades et de la modernité. Mais ce que vous voyez dans la vidéo en tête de cet article n'est pas complètement la réalité. C'est le clip de promotion de la FIFA pour la Coupe du monde. L'image reflétée colle parfaitement avec ce que le Qatar voudrait montrer. Depuis le 2 décembre 2010, jour de l'attribution du Mondial à ce petit émirat, le Qatar mène une stratégie publique assumée de développement par le sport, dont l'un des faits d'armes reste l'achat du PSG seulement cinq mois plus tard. Pourtant, derrière cette vitrine dorée se trouve une explication géopolitique beaucoup plus pointue. "Le Qatar est traumatisé par l'annexion du Koweït par l'Irak en 1990. Il a peur de subir le même sort. Plus il sera visible, plus il sera difficile de le faire disparaître. C'est moins cher d'acheter Neymar qu'un Rafale. C'est moins cher d'acheter le Paris Saint-Germain que de bâtir un système de défense capable de résister à la fois aux Iraniens et aux Saoudiens", explique Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). C'est d'abord le gaz qui permet au Qatar, cinquième producteur mondial, d'émerger. Puis de résister au blocus imposé par ses voisins pendant quatre ans. Mais le sport lui permet d'acquérir de la notoriété et d'améliorer son image. Alors, le pays organise des événements : championnat du monde d'athlétisme, de natation, de cyclisme, de handball, et même des sports mécaniques. Et pour le faire savoir, la télévision est un atout de taille. Bienvenue dans l'énorme campus de Qatar Média Group à Doha, où se trouve notamment Al Jazeera, mais aussi BeIn qui diffuse majoritairement du sport sur 60 chaînes différentes dans 43 pays. Mais comment associer la population locale à cette stratégie ? En lui fabricant des champions. Et pour aller vite, il faut parfois les naturaliser, comme quatre des joueurs qatari retenus pour le Mondial. Mais ce n'est pas réservé au foot. Bertrand Roiné, champion du monde de handball avec la France en 2011, a joué pour le Qatar. Et ce n'était pas une question d'argent. Une opportunité sportive que l'émirat lui offre après plusieurs années tout de même passées à Doha. Roiné a même joué une finale mondiale avec le Qatar contre la France. À moyen terme, le Qatar compte faire gagner des champions nés dans l'émirat. TF1 | Reportage S. Millanvoye, N. Clerc, A. Chappart
MA LISTE
PARTAGER
Le Journal du week-end
2m49
19 nov. 2022 à 20:25
Le Journal du week-end

Découvrez aussi