Rafraîchir les villes : la climatisation en sous-sol

Rafraîchir les villes : la climatisation en sous-sol

Vous marchez écrasé de chaleur sans même soupçonner son existence. Elle se trouve pourtant juste sous vos pieds. Il faut l'apparition quasi surnaturelle d'un escalier pour plonger au cœur de cette usine souterraine. 1600 m2 de machineries reparties sur quatre étages. C'est à ce dédale de tuyau relié à la Seine que 800 bâtiments parisiens, dont le Louvre, doivent leurs climatisations. Il s'agit d'un système de réfrigération en circuit fermé. L'eau fournit aux clients repart dans le réseau pour être à nouveau refroidi. La proximité de la Seine est précieuse. Elle contribue à diminuer la température du réseau, mais surtout, elle permet l'évacuation de la chaleur dans les eaux du fleuve. Une solution a priori plus écologique que les systèmes de climatisation sur les toits. Deux fois moins énergivores, elle consomme aussi deux fois moins de gaz. "Quand on consomme moins, on rejette moins. On ne rejette pas en centre-ville du chaud comme solution autonome, et surtout notre chaud, il est rejeté dans la Seine. Le centre-ville, aujourd'hui, est 5 °C plus élevé que la périphérie. Et donc, ne pas rejeter en centre-ville, c'est ne pas augmenter la température dans le centre-ville", explique Jean-Charles Boulier, directeur général "Fraîcheur de Paris". Un avantage majeur alors que la climatisation pourrait représenter près de la moitié de la demande mondiale d'électricité à l'horizon 2050. TF1 | Reportage M. Croccel, E.Delwarde
MA LISTE
Le Journal du week-end
1m26
18 Jun 2022 à 20:08
Le Journal du week-end