Claudia, sa sortie médicale : “Koh-Lanta n’était pas ma première aventure et ne sera pas la dernière”

Claudia, sa sortie médicale : “Koh-Lanta n’était pas ma première aventure et ne sera pas la dernière”
Dans “Koh-Lanta, l'île des Héros”, ce vendredi 21 février sur TF1, Claudia est sortie sur décision médicale. En exclusivité pour MYTF1, l’aventurière revient sur sa courte aventure.

Pourquoi vous être lancée dans l’aventure Koh-Lanta ?

Avant de commencer mes études supérieures, j’ai voyagé pendant deux ans. J’ai commencé par la Traversée des Andes en solitaire (Pérou, Bolivie) puis je suis partie vivre un an en Nouvelle-Zélande. Cela faisait 2 mois que j’avais repris le chemin de l’école que l’aventure me manquait déjà. J’avais envie de me lancer un nouveau challenge et je me suis inscrite à Koh-Lanta.

Comment on prend la décision de se lancer dans une telle aventure, seule et si jeune ?
Je n’ai pas forcément beaucoup voyagé quand j’étais petite. Ma maman était seule avec deux enfants alors ce n’était pas évident même si on est toujours partie en vacances. Il y a aussi eu une rencontre importante dans ma vie. On parle souvent des professeurs qui cassent les élèves… Moi, j’ai eu la chance de croiser la route d’un professeur d’Espagnol absolument extraordinaire au lycée. Il nous a parlé des aventures de Che Guevara tout au long de notre scolarité. Il a éveillé ma curiosité et mon envie de découvrir l’Amérique latine. Je suis quelqu’un d’assez intrépide et plutôt téméraire. Quand j’ai quelque chose en tête, je fonce. A l’époque, je n’ai pas trop laissé le choix à ma mère. Je me suis donnée les moyens de le faire et je n’ai pas vraiment considéré les dangers que je pouvais rencontrer. Je suis même partie sans téléphone !

De quoi aviez-vous peur avant d’arriver dans Koh-Lanta ?
Koh-Lanta n’était pas ma première aventure dans le sens où j’avais déjà voyagé avant alors j’ai pris les choses comme elle venait. La faim ne m’a pas vraiment fait peur parce que, déjà dans les Andes, j’ai dû m’adapter à la nourriture locale. J’appréhendais davantage le froid parce que cela peut nous empêcher de dormir. Mais si à 20 ans, je ne m’adapte pas, je ne le ferais jamais !

Vous avez intégré l’équipe rouge. Est-ce que c’était une bonne nouvelle pour vous ?

J’ai senti un très bon feeling entre tous les candidats sur le bateau. Je suis de nature très sociable et je sais que je me serais bien entendue avec chacun d’entre eux.

En allant chercher la source d’eau, vous vous blessez à la cheville… Qu’est-ce qu’il se passe dans votre tête à ce moment-là ?

Il y a la partie très sereine en moi qui se dit que tout ira bien. En même temps, je ne suis jamais blessée malgré le sport et les aventures que j’ai pu faire. Alors au moment où ma cheville se tord vers l’intérieur, je comprends que ce n’est pas anodin et que ça va être décisif pour la suite de l’aventure. Quand l’équipe médicale m’annonce que je ne peux pas continuer l’aventure, j’essaie de prendre sur moi et de ne pas m’effondrer alors qu’intérieurement, c’était très dur. Partir sur décision médicale aussi vite sur Koh-Lanta, alors que j’ai été dans des situations complètement rocambolesques à l’étranger, où il aurait pu m’arriver un million de choses… Je pars à cause d’un faux pas sur un caillou. Je m’en veux beaucoup et je prends ça comme un échec personnel.

Aujourd’hui, est-ce que vous arrivez à relativiser votre départ précipité ?
J’ai toujours un peu d’amertume mais je me rassure en me disant que ce n’était pas la première aventure et ce ne sera pas la dernière. Qui sait ? Peut-être que j’aurais la chance de re-participer à l’émission mais il y a un goût d’inachevé évidemment…

News associées