Dans l'actualité récente

Koh-Lanta : Exclu. Dylan, éliminé : "J'étais prêt à toucher les poteaux"

Voir le site Koh-Lanta

Dylan a le look COCO (Ep.6)
Par Alexis Hache|Ecrit pour TF1|2018-04-28T06:00:44.774Z, mis à jour 2018-04-28T06:00:44.774Z

Dylan quitte le "Combat des héros" sur une épreuve éliminatoire. Mais le Luxembourgeois est fier de son parcours et d'avoir pu défendre ses chances plus de trois jours.

De toutes les épreuves de Koh-Lanta, on a l'impression que celle des grappins était celle qui te convenait le moins.
C'est vrai. Je n'avais pas la technique. Tous les aventuriers avaient déjà fait cette épreuve par le passé et ils avaient tous le truc pour réussir. Ç'a été un handicap pour moi.

As-tu quand même la sensation d'avoir atteint au moins l'un de tes objectifs en faisant plus de trois jours dans Koh-Lanta ?
J'en ai atteint plusieurs ! Je suis resté plus de trois jours, j'ai été capitaine d'équipe, ambassadeur, j'ai remporté la première épreuve individuelle... Le seul truc qui manque maintenant c'est les poteaux ! Et vu comme j'étais parti, j'étais prêt à les toucher.

Les Jaunes attendaient beaucoup de toi dans les épreuves. Lors d'un conseil tu avoues t'être économisé pour ne pas paraître trop fort, mais Clémentine pense elle que tu as tout donné comme tout le monde. Que lui réponds-tu ?
Quand tu fais trois jours, que tu arrives premier sur la plage au débarquement, qu'on te demande de te calmer quand tu envoies du pâté sur les premières épreuves et qu'on t'élimine pour tout ça, ça fait réfléchir. Chez les Jaunes, tout de suite certains ont voulu éliminer Chantal parce qu'elle était trop forte. Donc à aucun moment je n'allais montrer l'étendue de mes capacités physiques. Si j'avais tout défoncé, j'aurais été le prochain sur la liste, c'est une certitude. Chacun sa stratégie, j'ai joué la mienne.

Tu t'es tout de suite senti mal à l'aise chez les Jaunes ?
La seule personne que je connaissais en arrivant là-bas, c'était Yassin. Je me suis donc retrouvé tout seul, pas à ma place, je ne me sentais pas bien dans cette équipe. Surtout que ça devenait de plus en plus compliqué pour moi au fur et à mesure que les défaites s'enchaînaient et que les membres de l'équipe partaient les uns après les autres. Ça devenait vraiment compliqué pour moi.

Le départ de Cédric a été un coup dur ?
Au début je le pensais comme les autres et puis j'ai compris qu'il était différent. Il avait envie d'aller loin. S'il avait eu un collier, j'aurais voté comme lui. Mais là ça ne servait à rien de ne pas suivre le groupe, je me serais tiré une balle dans le pied.

Aux Ambassadeurs, ça a été un soulagement de voir Yassin arriver ?
Oui, parce que je m'attendais à voir une personne qui aurait voulu l'éliminer. J'étais ambassadeur pour sauver ma place et celle de Yassin. Personne n'aurait pu me faire éliminer Yassin, je serais allé au tirage au sort. C'est pour ça qu'en voyant arriver Yassin, je savais que ma place à la réunification était assurée. C'est pour ça que les larmes me sont montées.

L'élimination de Yassin par les Ambassadeurs dans Koh-Lanta : Cambodge t'a particulièrement marqué ?
Oui, parce que je connais Yassin, je connais sa famille. C'est un ami. Je ne voulais pas que ça lui arrive encore une fois.

Qu'est-ce qui fait que vous avez autant accroché tous les deux ?
Ça remonte au Cambodge. Sur le bateau, il ne parlait à personne. Je n'aime pas les gens qui font semblant de s'entendre avec tout le monde. Je suis donc allé le voir et il m'a dit qu'il avait été dans l'armée, comme moi. Tout de suite, il y a un respect qui s'installe, c'est normal. Lorsque j'ai donné le collier à Mathilde, il a adoré le geste. Et il m'a dit que si j'avais un jour besoin de son collier à lui, il me le donnerait. Après son élimination, il a tenu à garder le collier pour le rapporter chez lui et me le donner lors de la finale. C'était remarquable.

Pascal est un autre coup de cœur dans cette aventure. Peux-tu nous parler un peu de lui ?
Les amis de mes amis sont mes amis et leurs ennemis sont mes ennemis. Yassin m'avait dit que Pascal était un bon gars et c'est pour ça que je l'ai suivi les yeux fermés. C'est un homme bien, que je respecte, toujours franc.

Il n'a d'ailleurs pas hésité à te dire en face qu'il n'avait pas apprécié que tu fouilles dans le sac de Clémentine.
J'ai toujours préféré qu'on me dise mes quatre vérités en face. Je n'aime pas les gens qui passent de la pommade et qui ensuite mettent ton nom au conseil. Comme Alban. Pascal est venu me voir, il m'a dit que ce que j'avais fait n'était pas bien, et il n'a pas pour autant mis mon nom sur le bulletin de vote.

Tu n'as pas compris le choix d'Alban, même s'il t'a dit qu'il allait voter contre toi ?
Non, je ne comprends pas.

Tu as trouvé en Pascal une figure paternelle, qui a manqué dans ton enfance ?
Très jeune, j'ai été séparé de mes parents, je suis entré en internat. Mes parents m'ont eu très jeune et dès ma naissance mon père est parti et ma mère ne faisait que travailler. Je n'ai pas eu de repères. Alors quand quelqu'un de 50 ans me dit quelque chose, je le respecte et je le vois comme un père spirituel. On doit le respect à ces gens-là, quoi qu'il arrive.

Que retiens-tu de ce Koh-Lanta riche en émotions ?
Il y a trop de moments forts, c'est compliqué. Pour moi, c'est vraiment un tout. Lors de ma première participation, je n'ai pas eu l'impression de vivre une aventure, j'ai juste fait un aller-retour. Là, je peux dire que j'ai fait Koh-Lanta. Je veux d'ailleurs remercier les gens qui ont cru en moi.

Où sont passés ces mocassins d'ailleurs ?
Ils m'ont porté chance. Ils ont fait rigolé beaucoup de monde et ça a un peu fait le buzz. Là, ils sont tranquillement à la maison.

Tu as été malheureux dans cette aventure puisque tes affaires ont brûlé. Malgré tout, ton bonnet a échappé au feu. C'était un soulagement ?
Les gens ne savent pas à quel point un bonnet est important dans Koh-Lanta ! Si tu veux mettre tes cheveux dans le sable, c'est ton problème ! Il me servait de coussin, je le mettais aussi sur mon visage pour dormir, ça évitait que toutes sortes de bestioles rentrent dans mes oreilles ou mes narines. Ça a fait rire tout le monde, mais si je dois refaire un Koh-Lanta, je reprends un bonnet !

en savoir plus : Dylan, Yassin, Alban, Clémentine