Koh-Lanta : Exclu. Hada éliminée : "C’est terrible de quitter l'émission sur un malentendu"

Voir le site Koh-Lanta

Hada a quitté l'aventure
Par Alexis Hache|Ecrit pour TF1|2017-03-25T06:00:10.597Z, mis à jour 2017-03-28T07:55:27.571Z

Pour la deuxième fois, les Bleus ont dû se présenter au conseil. Avec quatre voix contre elle, c’est Hada qui a quitté « Koh-Lanta : Cambodge ». Elle évoque pour MYTF1 son expérience avec les Takeo.

On vous a vue très émue à l’issue du conseil au moment de quitter les autres aventuriers. Parlez-nous un peu de ce moment si particulier.
Je m’attendais plus ou moins au fait de sortir, mais quand j’ai évoqué ma mère, ça m’a émue et je me suis mise à pleurer sans pouvoir m’arrêter. J’ai aussi été émue de quitter l’équipe et de ne pas avoir atteint mon objectif.

Votre maman a vraiment une place à part dans votre vie. Qu’est-ce qu’elle représente pour vous ?
C’est une femme qui a pris soin de nous, qui s’est battue pour nous, qui nous a élevés toute seule. En allant à Koh-Lanta, je voulais absolument gagner pour elle, je m’étais dit que ce serait le plus beau cadeau que je puisse lui offrir. Quand je me suis fait éliminer, je me suis rendue compte que c’était un échec, que je ne gagnerai pas. Sur le moment j’étais très déçue, mais je sais qu’au fond ma mère est fière de moi.

Vous pensiez avoir toutes les qualités pour aller loin dans Koh-Lanta ?
Bien sûr ! Il y avait des gens plus forts que moi et d’autres qui étaient moins forts. Mais on ne sait jamais ce qui va arriver dans Koh-Lanta. Tout le monde a sa chance, tout le monde peut aller loin, mais au final il n’y a qu’un seul gagnant.

Pour vous, tout a changé le jour même du vote avec ce quiproquo autour d’un éventuel vote contre Mathilde pour faire sauter son collier d’immunité.
C’est vrai. Yves devait sortir… Mais tout cela a pris une tournure incroyable. Moi, je n’ai fait que relayer un message et ça partait d’un bon sentiment. Je ne voulais pas que Mathilde sorte. Comme quoi, on ne contrôle pas les choses ! Mathilde a mal compris… Je me mets à sa place, elle a eu peur et je peux le comprendre. Malheureusement, on ne peut pas revenir en arrière, c’est comme ça. J’aurais tellement préféré sortir sur un échec ou pour avoir fait perdre l’équipe plutôt que pour un malentendu. Parce que c’est terrible de quitter Koh-Lanta sur un malentendu. Je garde un goût amer.

Vous comprenez après coup la réaction de Mathilde et Frédéric ? 
Sur le moment, j’étais en colère contre Mathilde parce que je ne comprenais pas pourquoi elle était allée répéter ça à Frédéric. A vrai dire, je pensais même que Frédéric était au courant puisque c’était Kelly qui m’avait parlé de ça. C’est juste au moment où Frédéric a réuni tout le monde que je me suis dit que j’avais fait une bourde. Après, je ne voulais pas enfoncer plus Kelly car je n’aurais pas dû ouvrir ma bouche de toute façon. Je comprends la réaction de Fred parce que c’était un ami, un allié, et pour lui ç’a été comme un coup de poignard. Il a cru que je faisais de la stratégie. Pareil pour Mathilde, je me dis que j’aurais pu réagir de la même manière.

Kelly aussi était très émue au conseil. Les liens avec elle étaient forts ?
La première fois que je l’ai vue, je me suis dit « Ouh là là, elle a l’air d’avoir un fort caractère » et comme moi-même j’ai un fort caractère, je pensais que je ne m’entendrais pas du tout avec elle. En fait, c’est tout le contraire qui s’est passé. Je suis liée par une amitié extrêmement forte avec elle. Elle me ressemble, elle est très gueularde mais elle dit toujours des choses justes. Et je l’admirais, parce qu’elle était forte physiquement, elle n’avait peur de personne.

Kelly, Yves, vous-même… Trois forts caractères. On a senti tout de suite que ce serait compliqué chez les Bleus. Est-ce que c’était votre sentiment également ?
Absolument. Quand j’ai vu cette équipe, j’ai pensé qu’on avait le potentiel physique : Mathilde maîtrisait l’eau, Yves était très costaud, je ne parle même pas de Dylan qui pour moi était l’un des plus forts, Kelly était très sportive… Le problème, c’était ces caractères forts ! Et un côté trop perso. On sentait que chacun voulait gagner, comme s’il avait quelque chose à prouver, il n’y avait pas d’écoute et au moment des épreuves ça partait dans tous les sens. On était toujours bien placés dans les épreuves, mais au moment déterminant, quand il fallait bien communiquer, ça ne fonctionnait pas et on finissait derniers.

Le parcours des Bleus évoque un peu celui de la première équipe jaune dans Koh-Lanta : Thaïlande qui avait établi l’année dernière un record de défaites consécutives et qui était rentrée dans un cercle vicieux où la défaite entraînait la défaite…
C’est ça. On se motivait mais on n’arrêtait pas de perdre. On était affaiblis, on ne mangeait pas, on était fatigués… On y croyait bien sûr, mais à chaque fois qu’on perdait c’était un coup de massue. Le physique commence à lâcher et on se dit qu’on est les plus mauvais. Jusqu’à ce que Claire arrive et qu’on termine deuxième dans l’épreuve du Grand Bleu. Mais le problème, c’est qu’on se disputait trop. Il pouvait y avoir une heure de calme, et puis tout d’un coup on se disputait, parfois juste avant une épreuve. Dans ces cas-là, c’est difficile de faire semblant au moment de l’épreuve.

C’est rare de voir une telle scission aussi vite dans une équipe. Est-ce qu’Yves a bien fait de s’isoler pour éviter le conflit avec Kelly ?
Non, je ne pense pas. En s’isolant, il ne partageait pas de moments forts avec nous sur le campement, comme quand on découvrait quelque chose ou qu’on rigolait. Je pense qu’il aurait plutôt fallu parler et remettre les choses à plat pour repartir du bon pied.

Vous pensiez que votre Koh-Lanta serait aussi compliqué au niveau des rapports humains ?
(rires) Franchement non ! C’est une équipe qui m’a fait rêver, une équipe que j’aime, où chacun est différent, mais je ne pensais pas que je tomberais sur une équipe comme les Bleus ! Quand j’ai vu les caractères… Déjà moi, j’essayais de me contrôler, mais c’est délicat ! Je ne me suis jamais vue autant pleurer que dans Koh-Lanta. Comme je retenais tout, ça finissait par sortir en larmes. Je ne me reconnaissais pas !

Vous avez quand même vécu de belles choses dans cette aventure, notamment en faisant le feu, ce qui est un exploit dans Koh-Lanta !
Je voulais absolument faire le feu, parce que j’avais réussi à le faire à l’extérieur. Les autres aussi, mais ils n’arrivaient pas à le faire sur l’île. Je voulais leur apporter ce cadeau. Je suis restée des heures à essayer de le faire. Fred avait la technique de la friction, mais ça nous prenait trop d’énergie. J’ai insisté pour qu’on le fasse avec l’arc. Je tenais le bâton et je les guidais. Et ça a fini par payer. C’est le moment le plus fort que j’ai vécu dans Koh-Lanta. J’étais contente d’avoir Fred et Kelly à mes côtés à ce moment-là, car ce sont les deux personnes que je portais réellement dans mon cœur.

Vous y avez cru jusqu’au bout en quelque sorte ?
Je pense que quand on croit à quelque chose et qu’on veut faire quelque chose, ça finit par payer. C’est dur, à la fin je n’y croyais plus, mais je ne voulais pas lâcher. Et ç’aurait pu être pareil sur les épreuves. Si on avait été plus déterminés, on aurait réussi plus de choses.

La pluie est un élément important dans Koh-Lanta : Cambodge. Est-ce que c’est ce qui a été le plus dur à vivre ?
J’avais peur de souffrir de la faim, mais mon corps s’est vite habitué. Ou en tout cas, c’était moins difficile que de dormir sur du sable mouillé. C’est dur comme du béton ! Quand il pleut et que la nuit est interminable, on n’attend qu’une chose c’est que le jour se lève. Moralement c’est très dur.

Parlons un peu de ce nouveau record établi par votre équipe : quatre cabanes construites, du jamais vu dans Koh-Lanta !
Ah oui, on était maudits ! On avait vu un premier coin pour l’installer, mais il y avait un nid de guêpes à cet endroit et les autres avaient peur d’être piqués. Après on a suivi les directives des hommes et on a tout eu : inondation, marée, écroulement… C’est les Bleus quoi, c’est ce qui fait tout le charme de cette équipe !

Autre moment assez drôle : la discussion autour des toilettes quand une mauvaise odeur envahit votre cabane. Claire avait conseillé les toilettes sèches sur le campement pour l’hygiène, mais personne n’était pour… Pourquoi ?
C’est délicat ! On n’a pas beaucoup d’intimité quand on est à Koh-Lanta. Quand on veut faire ses besoins dans la forêt, on n’est pas très à l’aise. Claire voulait absolument qu’on fasse tous au même endroit. Pour moi, c’était déjà un effort d’aller choisir un coin dans la forêt ! Il n’y avait pas moyen qu’on me dise où j’allais faire caca. Mais ce moment-là m’a bien fait rire.

Comment s’est passé votre retour à Antibes ?
Au début on pense beaucoup à l’aventure. J’ai pris trois jours pour moi, pour me remettre, puis j’ai vite repris mon travail car je suis hyperactive et que ça m’aidait à penser à autre chose. Et puis petit à petit la vie reprend son cours. Les gens m’ont trouvée drôlement bronzée et amaigrie, mais depuis le début de la diffusion je n’ai que des bons retours sur ma participation à l’émission. Les gens ont vu que j’étais restée moi-même. :

en savoir plus : Hada, Claire, Kelly, Yves, Mathilde