Exclu. Marvyn, éliminé : "Le vote de Maxime est incompréhensible"

Exclu. Marvyn, éliminé : "Le vote de Maxime est incompréhensible"
Véritable miraculé dans l'aventure, Marvyn a finalement été éliminé au premier conseil de la tribu réunifiée. La trahison de Maxime, le tirage au sort face à Manu, sa famille... Il nous dit tout !
Ce n'est pas qu'on subissait, mais on était surtout blasés. Ca nous saoûlait, alors on se mettait de côté et on les laissait faire leur jeu. Mais quand on voit qu'on se donnait sur les épreuves et que parallèlement on voit un Maxime arrêter au début de chaque épreuve, un Fabian qui ne peut plus avancer et un Manu qui est au bout, forcément, quand on vient te dire qu'on va voter soit contre toi, soit contre Tiffany, ça fait un peu chier ! Du coup, Tiffany vient me voir et me dit "Je crois que je vais devoir voter contre toi". Mais t'es malade ou quoi ? Tu vas pas voter contre moi ! On va se mettre tous les trois ensemble, voter contre un ex-Rouge en espérant qu'ils ne se mettent pas tous les trois d'accord sur un même nom de leur côté.

Quel souvenir gardes-tu de ce tirage au sort au conseil ?
Je pense que c'est le meilleur moment de mon aventure, le plus magique. On n'a pas laissé le choix aux ex-Rouges, alors que pour eux c'était normal que ce soit Tiffany ou moi qui parte ce soir-là. On a voulu leur montrer qu'on pouvait décider nous aussi. Attraper la boule en premier, tendre le bras et voir qu'elle est blanche, c'était magique ! Je m'y attendais en plus, je savais que j'irai jusqu'au tirage au sort car j'étais certain que personne ne changerait son vote pour le second scrutin.

Après la recomposition des équipes, vous étiez quatre jeunes et quatre anciens chez les Jaunes. Pourquoi ne pas avoir essayé à ce moment-là de prendre le pouvoir avec les jeunes ?
Personnellement, je venais de revenir dans l'aventure, et certains Jaunes avaient voté contre moi lors de mon élimination. Donc pour moi, il n'y avait plus d'équipe jaune. J'allais avec les gens avec qui je m'entendais bien et qui méritaient d'aller loin.

C'était important pour toi d'aller au moins jusqu'à la réunification ?
Oui, car je m'étais fixé deux objectifs : la réunification et gagner Koh-Lanta. Bon, pour le deuxième objectif, c'est raté ! (rires) Je suis déçu de ne pas avoir pu disputer plus d'épreuves individuelles et montrer de quoi j'étais capable. Je voulais me surpasser.

Tu as un lien très fort avec ta maman et tes frères. Comment se sont passées les retrouvailles ?
C'était magique ! Quand je suis arrivé chez moi, ma mère n'était pas là, il y avait juste mes deux petits frères. Elle était partie faire les courses. Et comme j'avais fait en sorte de ne pas la prévenir, quand elle est rentrée, ça a été un moment incroyable.

Tu disais après l'appel aux proches que vous aviez connu des moments difficiles, ta mère, tes frères et toi. Peux-tu nous en dire plus ?
Mon père est parti quand j'avais 13 ans. Il nous a laissés, n'a jamais payé la pension alimentaire et n'a jamais rien fait pour nous. Je n'ai jamais voulu le revoir. Financièrement, ma mère a galéré. Au lieu de s'acheter des chaussures, elle nous achetait des chaussures à nous... Donc dès que je peux faire quelque chose pour la rendre heureuse, j'ai envie de le faire à fond.


nte. Je sais qu'elle s'entend bien aussi avec André et que mon vote noir peut les aider tous les deux.

La semaine dernière, tu as mené la rébellion des jeunes contre les anciens chez les Jaunes...
(rires) J'ai surtout mené ma propre rébellion parce que sinon c'est moi qui partais ! Il fallait bien que je trouve une solution.

C'est arrivé à un moment où on avait l'impression que les jeunes subissaient un peu la loi des anciens.
Ce n'est pas qu'on subissait, mais on était surtout blasés. Ca nous saoûlait, alors on se mettait de côté et on les laissait faire leur jeu. Mais quand on voit qu'on se donnait sur les épreuves et que parallèlement on voit un Maxime arrêter au début de chaque épreuve, un Fabian qui ne peut plus avancer et un Manu qui est au bout, forcément, quand on vient te dire qu'on va voter soit contre toi, soit contre Tiffany, ça fait un peu chier ! Du coup, Tiffany vient me voir et me dit "Je crois que je vais devoir voter contre toi". Mais t'es malade ou quoi ? Tu vas pas voter contre moi ! On va se mettre tous les trois ensemble, voter contre un ex-Rouge en espérant qu'ils ne se mettent pas tous les trois d'accord sur un même nom de leur côté.

Quel souvenir gardes-tu de ce tirage au sort au conseil ?
Je pense que c'est le meilleur moment de mon aventure, le plus magique. On n'a pas laissé le choix aux ex-Rouges, alors que pour eux c'était normal que ce soit Tiffany ou moi qui parte ce soir-là. On a voulu leur montrer qu'on pouvait décider nous aussi. Attraper la boule en premier, tendre le bras et voir qu'elle est blanche, c'était magique ! Je m'y attendais en plus, je savais que j'irai jusqu'au tirage au sort car j'étais certain que personne ne changerait son vote pour le second scrutin.

Après la recomposition des équipes, vous étiez quatre jeunes et quatre anciens chez les Jaunes. Pourquoi ne pas avoir essayé à ce moment-là de prendre le pouvoir avec les jeunes ?
Personnellement, je venais de revenir dans l'aventure, et certains Jaunes avaient voté contre moi lors de mon élimination. Donc pour moi, il n'y avait plus d'équipe jaune. J'allais avec les gens avec qui je m'entendais bien et qui méritaient d'aller loin.

C'était important pour toi d'aller au moins jusqu'à la réunification ?
Oui, car je m'étais fixé deux objectifs : la réunification et gagner Koh-Lanta. Bon, pour le deuxième objectif, c'est raté ! (rires) Je suis déçu de ne pas avoir pu disputer plus d'épreuves individuelles et montrer de quoi j'étais capable. Je voulais me surpasser.

Tu as un lien très fort avec ta maman et tes frères. Comment se sont passées les retrouvailles ?
C'était magique ! Quand je suis arrivé chez moi, ma mère n'était pas là, il y avait juste mes deux petits frères. Elle était partie faire les courses. Et comme j'avais fait en sorte de ne pas la prévenir, quand elle est rentrée, ça a été un moment incroyable.

Tu disais après l'appel aux proches que vous aviez connu des moments difficiles, ta mère, tes frères et toi. Peux-tu nous en dire plus ?
Mon père est parti quand j'avais 13 ans. Il nous a laissés, n'a jamais payé la pension alimentaire et n'a jamais rien fait pour nous. Je n'ai jamais voulu le revoir. Financièrement, ma mère a galéré. Au lieu de s'acheter des chaussures, elle nous achetait des chaussures à nous... Donc dès que je peux faire quelque chose pour la rendre heureuse, j'ai envie de le faire à fond.


En savoir plus sur Marvyn

News associées