Exclu. Maxime, éliminé : "Mon grand regret est d'avoir précipité la chute d'André"

Exclu. Maxime, éliminé : "Mon grand regret est d'avoir précipité la chute d'André"
Maxime a été éliminé de l'aventure "Koh-Lanta : Fidji" malgré un ultime coup de poker. Pour MYTF1, il revient sur son parcours aux Fidji, ses émotions et en profite pour balayer les critiques.
, c'était en 2001 et c'était en présence de mes grands-parents. Entre-temps, je les ai perdus et je me retrouve à faire Koh-Lanta. Je suis assez croyant, indirectement je leur parle tous les jours à mes grands-parents. Si j'avais pu être sur les poteaux et leur parler en même temps, ça aurait été plus que symbolique pour moi. Gagner les 100 000 euros, ce n'était pas le plus important pour moi, je voulais surtout être sur les poteaux. J'aurais aussi voulu le faire pour ma famille : j'ai une femme extraordinaire qui m'a beaucoup encouragé et qui a vécu sa fin de grossesse toute seule. Et pour ma fille, ça aurait été sympa qu'elle me voit sur les poteaux quand elle aurait été en âge de comprendre.

Ça a dû être très difficile de partir en laissant ta femme enceinte de huit mois...
D'autant plus difficile après l'annonce, 48 heures avant le départ, d'une naissance prématurée ! Démarrer l'aventure avec ça en tête, c'était compliqué à gérer. D'ailleurs, je trouve qu'il y a eu des termes un peu durs, des gens qui ont dit que j'abandonnais ma femme qui n'a pas cessé de m'encourager, en me poussant à aller vivre mon rêve quitte à vivre sa fin de grossesse toute seule. Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de femmes qui auraient eu ce discours.

Est-ce que ta fille Lou a attendu ton retour pour arriver finalement ?
Eh bien oui, comme quoi il faut croire en certaines choses dans la vie : elle est arrivée huit jours après le term;! Si j'avais su ça dès le début, je me serais peut-être moins pris la tête ! Mais c'est comme ça, c'est la vie. La même année, j'aurai vécu les deux plus belles choses de ma vie : Koh-Lanta et la naissance de ma fille.

colat, des pains au chocolat... Avec André, on ne réfléchit même pas et on choisit le confort. La grosse frustration, c'est sur l'épreuve d'immunité. On avait le temps, si je m'étais concentré sur le masque référence, j'aurais rapporté le bon masque tout de suite. Mais c'est ce qui me caractérise, je confonds souvent vitesse et précipitation. J'ai même lu le courrier de ma femme avant de partir à l'épreuve où elle m'écrit de ne pas me précipiter sur les épreuves. Je lis ça, je m'en imprègne, mais c'est plus fort que moi...

Tu as quand même fait en sorte de bien mémoriser le masque référence ?
Non, je ne m'arrête presque pas dessus. Je sais que j'ai de l'avance et je me dis que j'ai le temps de faire au moins deux allers-retours avant les autres. Je joue donc tout sur une statistique. Tout se passe comme prévu, sauf que je laisse le bon masque à chaque fois ! Et c'est là que je vois la maturité d'André : il ne m'en a pas du tout voulu, il a compris mon choix, il a même validé mon coup de poker. A cause de moi, il sort de cette aventure et ça reste un gros regret d'avoir précipité sa chute.

Après sa sortie, Caroline a affirmé que Fabian avait eu une mauvaise influence sur toi. Qu'en penses-tu ?
Non, il n'a pas eu une mauvaise influence. J'ai peut-être été un peu manipulé, mais je ne peux pas cautionner ce genre de propos. Je pense que Caroline n'a pas digéré de sortir rapidement du jeu et qu'il y avait de la frustration chez elle. J'étais dégoûté quand Fabian est sorti, j'ai partagé tellement de choses avec lui... La seule chose que je lui ai dite, c'est qu'il avait parfois tendance à être un peu "moi je" et qu'il fallait qu'il fasse, c'était en 2001 et c'était en présence de mes grands-parents. Entre-temps, je les ai perdus et je me retrouve à faire Koh-Lanta. Je suis assez croyant, indirectement je leur parle tous les jours à mes grands-parents. Si j'avais pu être sur les poteaux et leur parler en même temps, ça aurait été plus que symbolique pour moi. Gagner les 100 000 euros, ce n'était pas le plus important pour moi, je voulais surtout être sur les poteaux. J'aurais aussi voulu le faire pour ma famille : j'ai une femme extraordinaire qui m'a beaucoup encouragé et qui a vécu sa fin de grossesse toute seule. Et pour ma fille, ça aurait été sympa qu'elle me voit sur les poteaux quand elle aurait été en âge de comprendre.

Ça a dû être très difficile de partir en laissant ta femme enceinte de huit mois...
D'autant plus difficile après l'annonce, 48 heures avant le départ, d'une naissance prématurée ! Démarrer l'aventure avec ça en tête, c'était compliqué à gérer. D'ailleurs, je trouve qu'il y a eu des termes un peu durs, des gens qui ont dit que j'abandonnais ma femme qui n'a pas cessé de m'encourager, en me poussant à aller vivre mon rêve quitte à vivre sa fin de grossesse toute seule. Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de femmes qui auraient eu ce discours.

Est-ce que ta fille Lou a attendu ton retour pour arriver finalement ?
Eh bien oui, comme quoi il faut croire en certaines choses dans la vie : elle est arrivée huit jours après le terme ! Si j'avais su ça dès le début, je me serais peut-être moins pris la tête ! Mais c'est comme ça, c'est la vie. La même année, j'aurai vécu les deux plus belles choses de ma vie : Koh-Lanta et la naissance de ma fille.

colat, des pains au chocolat... Avec André, on ne réfléchit même pas et on choisit le confort. La grosse frustration, c'est sur l'épreuve d'immunité. On avait le temps, si je m'étais concentré sur le masque référence, j'aurais rapporté le bon masque tout de suite. Mais c'est ce qui me caractérise, je confonds souvent vitesse et précipitation. J'ai même lu le courrier de ma femme avant de partir à l'épreuve où elle m'écrit de ne pas me précipiter sur les épreuves. Je lis ça, je m'en imprègne, mais c'est plus fort que moi...

Tu as quand même fait en sorte de bien mémoriser le masque référence ?
Non, je ne m'arrête presque pas dessus. Je sais que j'ai de l'avance et je me dis que j'ai le temps de faire au moins deux allers-retours avant les autres. Je joue donc tout sur une statistique. Tout se passe comme prévu, sauf que je laisse le bon masque à chaque fois ! Et c'est là que je vois la maturité d'André : il ne m'en a pas du tout voulu, il a compris mon choix, il a même validé mon coup de poker. A cause de moi, il sort de cette aventure et ça reste un gros regret d'avoir précipité sa chute.

Après sa sortie, Caroline a affirmé que Fabian avait eu une mauvaise influence sur toi. Qu'en penses-tu ?
Non, il n'a pas eu une mauvaise influence. J'ai peut-être été un peu manipulé, mais je ne peux pas cautionner ce genre de propos. Je pense que Caroline n'a pas digéré de sortir rapidement du jeu et qu'il y avait de la frustration chez elle. J'étais dégoûté quand Fabian est sorti, j'ai partagé tellement de choses avec lui... La seule chose que je lui ai dite, c'est qu'il avait parfois tendance à être un peu "moi je" et qu'il fallait qu'il fasse attention parce qu'on était en communauté. C'est même peut-être pour ça que les jeunes ont voté contre lui au conseil.

Peux-tu nous parler un peu plus de cette promesse faite à tes grands-parents et qui te tenait vraiment à cœur ?
La première fois que je me suis inscrit à Koh-Lanta, c'était en 2001 et c'était en présence de mes grands-parents. Entre-temps, je les ai perdus et je me retrouve à faire Koh-Lanta. Je suis assez croyant, indirectement je leur parle tous les jours à mes grands-parents. Si j'avais pu être sur les poteaux et leur parler en même temps, ça aurait été plus que symbolique pour moi. Gagner les 100 000 euros, ce n'était pas le plus important pour moi, je voulais surtout être sur les poteaux. J'aurais aussi voulu le faire pour ma famille : j'ai une femme extraordinaire qui m'a beaucoup encouragé et qui a vécu sa fin de grossesse toute seule. Et pour ma fille, ça aurait été sympa qu'elle me voit sur les poteaux quand elle aurait été en âge de comprendre.

Ça a dû être très difficile de partir en laissant ta femme enceinte de huit mois...
D'autant plus difficile après l'annonce, 48 heures avant le départ, d'une naissance prématurée ! Démarrer l'aventure avec ça en tête, c'était compliqué à gérer. D'ailleurs, je trouve qu'il y a eu des termes un peu durs, des gens qui ont dit que j'abandonnais ma femme qui n'a pas cessé de m'encourager, en me poussant à aller vivre mon rêve quitte à vivre sa fin de grossesse toute seule. Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de femmes qui auraient eu ce discours.

Est-ce que ta fille Lou a attendu ton retour pour arriver finalement ?
Eh bien oui, comme quoi il faut croire en certaines choses dans la vie : elle est arrivée huit jours après le terme ! Si j'avais su ça dès le début, je me serais peut-être moins pris la tête ! Mais c'est comme ça, c'est la vie. La même année, j'aurai vécu les deux plus belles choses de ma vie : Koh-Lanta et la naissance de ma fille.

En savoir plus sur Fabian, Maxime, André ou Denis Brogniart

News associées