Koh-Lanta : Exclu. Sabine : « Certaines erreurs ont été pardonnées, pas la mienne. »

Voir le site Koh-Lanta

SABINE
Par Alexis Hache|Ecrit pour TF1|2017-03-18T06:00:46.791Z, mis à jour 2017-03-18T06:00:46.791Z

Deuxième aventurière éliminée dans « Koh-Lanta : Cambodge », Sabine est revenue pour MYTF1 sur la semaine passée sur l’île. Son retour chez elle, les Jaunes, ses regrets : elle nous dit tout !

Comment s’est passé le retour à la réalité après votre élimination ?
J’avais pas mal maigri, mais je me sentais quand même bien dans mon corps. Je n’avais prévenu personne de mon retour, donc ç’a été la surprise totale pour la famille et mes collègues. J’ai réintégré ma vie quotidienne assez facilement. Mais avec plein d’images merveilleuses de ce que j’avais vécu ! J’ai repris la compétition en boxe française, parce qu’on a quand même de bonnes sensations sur un ring, mais j’ai pris conscience que ce que j’avais vécu était unique au monde. C’est vrai que le retour à la réalité peut paraître parfois un peu insipide à côté… On ne peut pas avoir des Koh-Lanta tous les jours à la maison !

On sait que ce sont vos filles qui vous ont un peu poussée à faire Koh-Lanta. Est-ce qu’elles sont fières de vous aujourd’hui ?
Elles étaient assez déçues que je sois rentrée aussi tôt, surtout l’aînée. La plus jeune, comme c’était la veille de son anniversaire, m’a dit que c’était un beau cadeau.

Quel a été votre ressenti quand vous avez constaté que vous seriez la doyenne de l’aventure ?
J’étais dans une équipe qui était particulièrement jeune, donc je savais qu’il fallait que je fasse la différence. Je suis arrivée quatrième sur la plage après avoir sauté du bateau, je me suis dit que je m’en sortais pas trop mal et que physiquement, j’allais tenir. En revanche, créer des affinités tout de suite a été moins évident.

Peut-être que vous vous seriez mieux intégrée dans l’équipe des Rouges qui avait une moyenne d’âge plus élevée ?
Peut-être… Peut-être que j’aurais pu échanger plus avec eux sur mon ressenti au sujet de l’expérience qu’on vit là-bas, car on ne ressent pas les choses de la même manière à 20 ans et à 50 ans. Chez les Jaunes, j’ai échangé pas mal avec Brahma, mais c’était quand même difficile de se livrer. Je pense que j’ai perdu un peu de temps pour créer des liens forts, j’étais plus dans l’analyse et la retenue, alors que les jeunes se sont livrés tout de suite.

Vous êtes déçue d’être partie si tôt ?
Bien sûr, d’autant que je n’ai pas du tout souffert du manque de nourriture ou du fait de dormir par terre, je trouvais même ça plutôt marrant. Je ne me suis pas reconnue d’ailleurs ! Alors que les jeunes se levaient le matin en disant « J’ai la dalle, j’ai la dalle »… Physiquement je tenais la route, donc j’ai quand même été déçue de ne pas aller plus loin. Je pense que j’aurais pu apporter encore pas mal de choses au niveau des ressources physiques à mon équipe.

Selon vous, les Jaunes n’ont pas fait le bon choix pour la suite de l’aventure ?
Etant donné qu’il y avait quand même certaines personnes qui commençaient à montrer des signes de faiblesse et que moi non, je pense que dans les épreuves j’aurais pu apporter beaucoup de choses. Ils ont préféré privilégier les affinités plutôt que le potentiel, c’est leur choix, mais je suis curieuse de voir la suite pour voir comment ils s’en sont sortis.

Après l’éviction de Dylan lors du premier conseil, c’est la deuxième fois qu’une équipe privilégie la cohésion sur le camp au détriment du côté sportif…
Je pense que l’investissement de Dylan et le mien était un peu similaire : on faisait tous les deux Koh-Lanta pour le côté sportif. On n’a peut-être pas mesuré l’impact des affinités sur le campement dans la décision de l’équipe. Mais je ne pensais pas non plus être éliminée car en plus de mes aptitudes sportives, j’assumais ma part de travail sur le campement, je n’ai jamais rechigné à faire quoi que ce soit.

D’où vous vient cette force dont vous avez fait preuve tout au long de l’aventure ?
Etre sélectionnée pour faire Koh-Lanta, c’est déjà un super challenge, donc il faut faire la différence, surtout quand on est la doyenne. Il faut faire le job ! J’y suis allée à fond et c’est vrai que je n’ai ressenti aucun manque.

Qu’est-ce qui a été le plus dur tout de même durant vos sept jours passés sur l’île ?
Le plus gros manque, c’est de ne pas avoir eu une amitié forte, une épaule sûre pour un échange vraiment sincère.

Sandro a très vite pris les choses en main sur le campement. Ça vous a gênée ou au contraire galvanisée ?
Au début on a essayé de prendre chacun notre rôle. Sandro a beaucoup de personnalité, moi j’étais la doyenne, donc on a essayé de prendre tous les deux en charge l’organisation du campement. Mais le fait qu’il prenne le lead ne m’a pas galvanisée, je l’ai plutôt subi en fait.

Vous pensez que vous avez réussi à faire entendre votre voix chez les Sokka ?
Non, je ne pense pas, parce qu’il y a eu le contre-pouvoir de Sandro et les autres l’ont plutôt suivi. Mais de toute façon, les décisions de Sandro étaient prises pour le bien du groupe, donc il n’y avait pas de raison de les contester.

Vous avez malheureusement commis une erreur lors du premier confort qui a mené à la disqualification de votre équipe. On a l’impression, après votre élimination, que ce genre d’erreur ne pardonne pas sur Koh-Lanta.
Pour d’autres ç’a été pardonné, pas pour moi. Je me suis trompé sur le premier confort, mais lors du Grand Bleu, j’ai montré que je pouvais aller loin alors que d’autres personnes de mon équipe ont fait des erreurs. Mais ça ne leur a pas porté préjudice plus que ça, parce qu’ils avaient plus d’affinités avec les autres Jaunes.

Ce vote unanime, ça vous a surpris ?
Il y avait beaucoup d’indécision, et c’est vrai que j’ai été un peu déçue que les indécis suivent le troupeau. Je ne pensais pas que le vote serait unanime parce que j’avais quand même des liens avec Brahma, Vincent, même Félicie. Donc l’unanimité est un peu dure à encaisser…

Vous auriez suivi la majorité si vous aviez dû voter contre quelqu’un dont vous étiez proche ?
Je pense que je fonctionne un peu trop à la sincérité, en tout cas pour une aventure comme Koh-Lanta ! Mais peut-être que j’aurais quand même eu peur des foudres et du rappel à l’ordre par rapport à la cohésion de l’équipe… Si je restais fidèle à moi-même, ce qui n’a pas été le cas de tout le monde chez les Jaunes, je voterais le plus sincèrement possible évidemment.

Est-ce qu’il y a des aventuriers qui vous ont plus impressionnée que d’autres ?
J’ai trouvé que Mathilde avait le potentiel dans l’eau, et en plus de ça elle fait tout avec élégance, je l’ai trouvé assez équilibré. Après c’est vrai que Yassin impressionne physiquement. Quand je l’ai vu monter au poteau pour décrocher son collier d’immunité à la force des cuisses, ça impressionne quand même ! Et puis on voit la détermination sur son visage.

Et Sandro ?
Oui, sur le fait de bien motiver les troupes. Il a cette capacité à fédérer l’équipe sur les épreuves, comme dans la première épreuve d’immunité. On n’arrivait pas à sortir la table de l’eau et à ce moment-là il nous a bien reboostés. C’est un bon capitaine.

Qu’est-ce que ça fait de participer à un Koh-Lanta à trois équipes ?
divertisAu début, je n’avais pas du tout compris qu’il allait se passer quelque chose comme ça, alors que d’autres trouvaient que c’était bizarre qu’on ne soit que dix-huit. Et puis au moment de la composition des équipes, quand j’ai vu celle des Bleus, je me suis dit « Ouh là là, il y a de fortes personnalités chez eux, ça va être chaud ! ».


en savoir plus : Sabine