Koh-Lanta : Exclu. Yassin éliminé : "Pour ma famille, je suis le grand gagnant du jeu"

Voir le site Koh-Lanta

ITW YASSIN
Par Alexis Hache|Ecrit pour TF1|2017-04-29T05:00:14.890Z, mis à jour 2017-06-19T13:05:07.397Z

Eliminé par les ambassadeurs, Yassin est revenu sur son aventure dans « Koh-Lanta : Cambodge » pour MYTF1. Partisan d’une victoire au mérite, le Bordelais est forcément très déçu.

Tout d’abord, comment se portent votre femme et votre petite fille, née il y a quelque temps ?
La maman et le bébé se portent très bien. On est partis en vacances tous ensemble, tout s’est bien passé. On est heureux que le bébé soit là et apparemment le bébé est heureux d’être là aussi donc tout va bien.

Vous avez appris pendant Koh-Lanta que l’accouchement était avancé de quelques jours. Avez-vous craint de ne pas être présent pour ce grand moment ?
J’y ai pensé avant même de partir, donc c’est quelque chose que j’avais à l’esprit en permanence. Mais après le coup de téléphone, j’étais rassuré de savoir qu’elle n’accoucherait pas avant la date de fin de tournage prévue. Je sais que ma femme est forte et savoir que j’allais bien lui a évité un stress qui, on le sait, est le plus grand des ennemis quand on est enceinte.

Vous êtes apparu assez réservé pendant ce coup de téléphone à votre famille alors qu’on sait que c’est souvent un grand moment d’émotion. Vous ne vouliez rien laisser transparaître ?
Manuella a dit que ça devait faire partie de mon éducation, mais je la rassure, quand je vois des gens pleurer je ne me dis pas qu’ils ont été élevés en pleurant tous les jours… Si je ne pleurais pas, c’était surtout pour montrer à ma femme que j’étais fort et qu’il fallait aussi qu’elle le soit. C’était une manière pour moi de la rassurer car elle me connaît comme quelqu’un de fort. Si j’avais montré des signes de manque, j’aurais pu lui transmettre ça.

Vous êtes éliminé par les ambassadeurs et on se rend compte que tout s’est joué dans votre dos. Qu’avez-vous ressenti quand Sandro a annoncé votre nom ?
J’ai pris ça comme de la lâcheté. Venant de Sandro, je ne m’y attendais pas. C’est quelqu’un qui vante beaucoup ses mérites sportifs. Il prétendait être venu à Koh-Lanta pour affronter les meilleurs, il prétendait être un grand sportif et l’excuse trouvée pour m’éliminer c’était justement que je puisse être trop fort et que je sois isolé. Mais à ce moment-là, l’aventure se continuait seul. Je me suis vraiment rendu compte que je leur faisais très peur.

Vous aviez sous-estimé cet aspect-là de l’aventure ?
Je savais que certains aventuriers pouvaient avoir cette manière de penser et je le conçois totalement. J’ai été moins surpris d’un vote contre moi de la part de Kelly, Manuella ou Clémentine. Mais les garçons étaient très forts. Pour moi, bastien est l’un des meilleurs, c’est un super aventurier. Et Sandro vantait beaucoup ses qualités sportives. Du coup je pensais qu’ils adopteraient cette stratégie du mérite. Mais je n’avais pas pris conscience que certains pouvaient faire preuve d’autant de lâcheté.

Quand on regarde l’émission, on voit à quel point Sandro est un grand stratège et le coup de maître qu’il réalise face à Mathilde. Vous lui en voulez de vous avoir trompé ?
Je n’ai été trompé par personne. Ce qui est un coup de maître pour certains s’apparente pour moi à un grand coup de lâcheté ! En plus, je lui avais promis que je pouvais lui faire profiter de mon collier si on allait plus loin dans l’aventure. Il m’en avait encore parlé la veille des ambassadeurs quand on discutait sur le rocher et qu’il me disait « Tu verras, Mathilde, elle est jeune, je vais lui retourner le cerveau, je vais lui vendre un voiture ». Après je ne peux pas lui en vouloir : c’est un ancien Jaune qui vient chez les Rouges, je ne sais pas ce qu’il a dans la tête, je ne sais pas ce qu’il a prévu avec les anciens Jaunes qui sont partis chez les Bleus… Est-ce qu’ils se sont dit que leur stratégie serait d’éliminer le plus grand nombre de Rouges pour recréer une alliance ensuite ? Mais si après il exploite mal cette chance, son coup de maître sera le coup le plus nul qu’il aura joué dans cette partie. Car maintenant ça va être compliqué pour lui, sachant que tout le monde aura vu qu’il est un stratège prêt à tout pour gagner. Et ça peut faire encore plus peur qu’une personne très forte dans les épreuves.

Vous êtes resté très digne avant de partir. Vous n’aviez pas envie de régler quelques comptes ?
Je n’avais aucun compte à régler. Depuis le début, j’avais conscience d’être dans un jeu. C’est pour ça que je pesais mes mots devant la caméra. Je n’avais pas à avoir de mots blessants, insultants ou dénigrants. J’ai l’impression que certains ne réalisent ça que maintenant qu’ils sont sortis. Grâce à ça, j’ai pu profiter pleinement de mon aventure.

Dès le premier épisode, on a compris que vous seriez un compétiteur redoutable. Pensiez-vous pouvoir passer entre les mailles du filet dans une aventure comme Koh-Lanta où les plus forts sont parfois des cibles idéales ?
Je me suis présenté au casting en annonçant la couleur, je voulais montrer que Koh-Lanta peut être gagné au mérite. J’en ai marre de cette politique de faibles où l’on cautionne la fainéantise et la fourberie. Pour moi les valeurs de ce jeu sont des valeurs sportives, des valeurs d’aventure et de partage. Je voulais montrer qu’on peut y arriver. Mais est-ce que gagner Koh-Lanta, c’est aller sur les poteaux ? Ou bien c’est avoir fait une aventure exemplaire ? D’après ma femme et mes enfants, pour le moment, je suis le gagnant de Koh-Lanta et ça me suffit amplement.

Est-ce que vous comprenez que votre hyperactivité sur le camp et votre esprit de compétition développé ait pu agacer certains Rouges ?
Je peux le concevoir, mais je ne peux pas le comprendre, parce que je pense que ce n’est pas fondé. « Ce monsieur m’agace parce qu’il bouge trop, ce monsieur m’agace parce qu’il est trop fort, ce monsieur m’agace parce qu’il travaille trop… » Mais ça ne tient pas la route ! J’élève mes enfants dans un autre état d’esprit, en leur disant qu’il faut toujours prendre exemple sur les meilleurs pour se dépasser. Ce n’était pas de l’agacement que ces personnes ont eu envers moi, c’était plus de la jalousie.

Aujourd’hui vous en voulez toujours à Manuella et Clémentine d’avoir tenu des propos durs envers vous, comme « Yassin, c’est le mal » ou « Yassin est un manipulateur » ?
Je les pensais beaucoup plus mature. Cette aventure sera gravée à jamais dans nos vies, dans nos souvenirs. Une de mes filles, qui a 7 ans, regardait Koh-Lanta avec moi et quand elle a entendu Clémentine dire « Yassin, c’est le mal », elle est venue dans mes bras et j’ai vu qu’elle avait des larmes qui coulaient, alors que comme moi, elle a tendance à ne pas montrer ses émotions. Ça m’a atteint et je me suis dit qu’elles avaient dépassé les bornes. Juste pour ça, je ne pourrai pas leur pardonner. Entendre que je suis le mal, que je suis un gourou, que je soûle tout le monde ou entendre Sandro dire « Yassin met la mauvaise ambiance, on va le nettoyer », ce sont des mots très forts, d’autant que je n’ai porté préjudice à personne ! Si on avait gardé Franck, on aurait même pu faire quelque chose d’exceptionnel en retrouvant tous les Rouges originels à la réunification. J’ai besoin de m’isoler car je suis quelqu’un de solitaire et ça, elles n’ont pas voulu le comprendre.

Quelqu’un comme Vincent qui dit de vous que vous avez porté votre équipe à bout de bras pendant les épreuves et que lui aussi voulait un Koh-Lanta au mérite, ça vous touche ?
J’ai un respect sans nom pour lui. Même quand on s’est retrouvés ensemble après notre duel, on ne s’est rien promis. C’est quelqu’un qui est tellement sain et clair dans sa tête…Par stratégie, il aurait pu me faire aller aux ambassadeurs. Je garde vraiment une superbe image de lui car c’est un mec très bien. Je le respecte énormément.

Voir que Vincent allait vous affronter dans le duel des bambous, ça a dû vous motiver encore plus ?
Ça a confirmé tout ce que je pensais de lui. C’est un mec qui était venu affronter les meilleurs, qui cherchait à se dépasser et savait prendre ses responsabilités quand il fallait les prendre.

Ça vous a agacé que les Rouges essayent de récupérer votre collier alors qu’ils venaient de vous éliminer ?
J’ai trouvé ça totalement déplacé ! Imaginez un couple qui se sépare et l’un des deux demande à l’autre de quitter la maison et de payer quand même le loyer ! (rires) Je me suis demandé si c’était une blague !

Donc vous êtes content d’être parti avec ?
Evidemment ! J’ai trouvé ça hallucinant que l’on vienne me demander le collier… J’aurais pu le donner mais on me dit que toute l’équipe, au complet, a pris la décision de m’éliminer et ensuite, comme si de rien n’était, parce qu’on voit que j’ai bien pris la chose, on vient me demander mon collier ? Et pourquoi pas ma veste et mes chaussures ? Vous êtes sérieux ? On se serait cru dans une caméra cachée !

Vous êtes fier de ce campement rouge que vous avez largement contribué à bâtir ?
C’est la seule chose qui me reste, car je n’ai rien connu d’autre. C’est la plus grande fierté de mon aventure et si on peut se souvenir de moi à travers ça, tant mieux. J’ai fait les choses comme je les fais tous les jours, du mieux possible. Contrairement aux autres qui pensaient qu’après une tâche on pouvait se reposer, je trouvais toujours quelque chose à faire pour améliorer notre confort. C’est pour ça que j’ai construit ce transat, le hamac, un four pour le feu, une cabane pour couvrir le feu et l’extension pour accueillir les Jaunes. J’ai donc été surpris de l’ingratitude de Sandro. J’ai essayé de l’accueillir comme un membre de ma famille, avec un toit, en le respectant comme un nouveau Rouge. Et je me rends compte qu’il est démuni de tout respect…

Qui a le plus de chances d’atteindre les poteaux ?
Si on reste dans cette logique, je pense que Clémentine ira loin. Au-delà de la stratégie, c’est quelqu’un qui est capable de fédérer des personnes autour de  mensonges. 


en savoir plus : Yassin, Vincent, Clémentine, Manuella