Alexandra, éliminée : “Voir la fierté dans les yeux de mes enfants, c’est ma victoire”

Alexandra, éliminée : “Voir la fierté dans les yeux de mes enfants, c’est ma victoire”
Dans “Koh-Lanta, l'île des Héros”, ce vendredi 29 mai sur TF1, Alexandra a été éliminée. En exclusivité pour MYTF1, l’aventurière revient sur son aventure.

Alexandra, pourquoi avoir souhaité participer à Koh-Lanta ?

Koh-Lanta, c’était un rêve pour moi ! Cela faisait plusieurs années que je m’inscrivais au casting et la troisième fois a été la bonne. Je venais chercher le dépassement de soi dans les épreuves sportives. Savoir jusqu’où je pouvais aller dans des conditions extrêmes. Je suis coach sportive et je répète souvent à mes élèves : “N’écoutez pas votre corps, le mental doit prendre le dessus…” Je fais beaucoup de sport mais je n’avais jamais repoussé mes limites jusque-là. Il n’y a qu’à Koh-Lanta qu’on peut vivre ça !

Comment s’est passée la première partie de l’aventure au sein de l’équipe des jaunes ?

J’ai été assez discrète mais c’est vrai que j’ai aussi pris le temps de prendre mes marques. Il y avait des caractères assez fort dans l’équipe des jaunes donc j’ai fait un peu profil bas. Au final, je m’entendais bien avec tout le monde. Les choses sérieuses ont vraiment commencé à partir de la réunification.

A la réunification, vous êtes nommée ambassadeur avec Moussa. Quel souvenir en gardez-vous ?

Quand j’ai appris que je partais aux Ambassadeurs, j’étais un peu effrayée. Je savais que je ne mettrais jamais le nom d’un jaune alors le risque d’aller à la boule noire était vraiment présent. On part mais on n’est pas sûr de revenir... En même temps, j’étais fière d’entrer réellement dans le jeu avec Moussa et tout s’est finalement bien passé !

Vous avez réalisé de beaux exploits sportifs dans les épreuves individuelles...

C’était exactement ce que je suis venue chercher ! Lorsqu’on commence à se battre pour soi dans les jeux, l’adrénaline est incroyable et nous emporte. J’ai tout donné et je me suis souvent demandé comment c’était possible. Me surpasser était vraiment mon objectif dans Koh-Lanta ! Lors de l’épreuve des paresseux, Denis m’avait demandé : “Ça fait quoi d’avoir mis à l’amende les petites jeunes ?”. J’avais rigolé ! A 45 ans, je ne me sens pas du tout vieille mais c’est vrai que je suis fière de moi.

Les choix de vote des ex-jaunes ont souvent été critiqué depuis la réunification. Certains téléspectateurs n’ont pas forcément compris vos votes tournés vers les plus forts…

Sam était très fort mais sur le plan humain, il ne parlait pas beaucoup avec nous. C’est ce qui lui a coûté sa place. Pour les éliminations de Jessica et Teheiura, les raisons étaient différentes. Il faut quand même se rappeler que Koh-Lanta, c’est avant tout un jeu de stratégies. On est là pour aller le plus loin possible ! On se donne une chance et les moyens d’y arriver et on élimine ceux qui pourraient nous empêcher d’atteindre notre objectif. La preuve, je suis allée très loin sans gagner une seule épreuve mais je me suis battue. Je suis restée moi-même du début jusqu’à la fin et c’est d’ailleurs ce que l’on me reproche. Je suis toujours nature et je dis tout haut ce que les gens pensent tout bas. Quand j’ai faim et que j’en ai marre que Teheiura gagne toutes les épreuves de confort, je râle et j’assume.

Lors de la semaine des binômes, votre duo avec Eric vous a mise en danger.Les ex-jaunes ont alors lancé l’opération : “Il faut sauver le soldat Alexandra”. Vous avez eu peur pour votre place ?

Bien sûr, j’ai eu peur parce que tout peut arriver dans Koh-Lanta mais j’avais confiance en mon équipe. On a toujours su rester soudés. L’union fait la force ! Régis a eu des doutes à un moment donné mais pour moi, il était clair qu’on allait tous ensemble vers la finale. Jusqu’au moment où nous aurions été obligé de voter chacun pour soi.

Lors du dernier conseil, si Claude n’avait pas vengé ses amis Teheiura et Jessica, vous seriez partie à la place de Régis. Vous lui avez dit ‘Merci’ ?

J’ai dû le faire mais Claude n’a pas fait un vote pour moi mais plutôt un vote contre Régis. Certes, il a vengé ses amis mais il aurait pu la jouer stratège en se disant que je serais davantage un danger sur l’épreuve des poteaux. Je suis contente de son vote puisque cela m’a permis d’aller à l’épreuve d’orientation.

Finalement vous êtes parvenue à vous hisser jusqu’en finale. Qu’est-ce que vous avez ressenti ?

Mon premier objectif était la réunification, le second, l’épreuve d’orientation. Pour moi, j’avais réussi mon aventure et à partir de ce maintenant, tout pouvait arriver. L’orientation est une épreuve qui me faisait très peur...

D’ailleurs, l’épreuve d’orientation se révèle longue et éprouvante pour vous. Vous finissez même par faire un malaise. Que s’est-il passé ?

C’est une épreuve où il faut vraiment maîtriser ses nerfs. Ce jour-là, il faisait très chaud. Après ces jours de privations, manque de nourriture et de sommeil… Mon corps a lâché ! J’étais épuisée. Je suis allée jusqu’au bout de ce que je pouvais mais j’ai fait un malaise et j’ai dû être évacuée par l’équipe médicale. C’est dur à accepter comme fin d’aventure ! Se dire qu’on a presque tenu jusqu’à la fin et partir comme ça, avant l’épreuve des poteaux qui me faisait rêver.. Maintenant que le meilleur gagne !

Quel est le souvenir que vous n’oublierez jamais ?

L’amitié que j’ai créé avec certaines personnes et qui restera pour les années à venir. On a vécu des choses tellement intenses ensemble, dans le bon comme dans le mauvais. Ça vous marque à vie !

Que pensent vos enfants de votre aventure ?

C’est tellement beau de voir la fierté dans leurs yeux. Ils sont heureux de dire que Maman a été jusqu’à l’orientation. J'ai fait Koh-Lanta pour moi mais aussi pour eux, pour les rendre fier. C’est ma victoire à moi !

Qu’est-ce que cette aventure a changé en vous ?

Ma façon de voir les choses au quotidien. J’ai l’impression d’apprécier encore plus les petits bonheurs simples. Il y a quelques années, j’ai eu un cancer de la thyroïde. Depuis, je suis en guérison même si je dois suivre un traitement à vie. En participant à Koh-Lanta, je voulais aussi montrer aux femmes, parce que ce sont principalement les femmes qui sont touchées par cette maladie, qu’on peut toujours vivre ses rêves et qu’il ne faut jamais baisser les bras. C’est le message d’espoir que j’avais envie de passer ! J'ai vécu des périodes difficiles mais on arrive à surmonter tout ça et à vivre encore de très belles choses. Koh-Lanta en est la preuve !

News associées