Koh-Lanta - Diane, éliminée : « c'était l'autoroute du kiff »

Diane n'a pas vu venir le collier d'immunité d'Estelle et a été éliminée au soir du troisième conseil le 11 septembre. Découvrez son interview exclusive.

Vos mots à la fin du conseil sont lourds de colère. Avec le recul, les pensez-vous toujours ?

J’ai dit ces mots avec le cœur. Sur le coup, j’ai eu l’impression de me faire poignarder, j’ai vécu cela comme une trahison. Je ne l’ai clairement pas vu venir. J’ai été totalement abasourdie. J’ai eu un moment de colère. Mais aujourd’hui, c’est du passé. je n’ai aucune colère envers Estelle. Je n’ai pas eu d’affinité avec elle. Je n’en ai toujours pas aujourd’hui. Mais pour autant, cela reste un jeu et mes mots ont été un petit peu forts.

Regrettez-vous finalement de ne pas avoir fouillé dans le sac d’Estelle ?

Non, vraiment pas… Cela ne fait pas partie des valeurs transmises par mes parents. En revanche, j’aurais pu la jouer plus « secure » en mettant le nom d’une autre personne au cas où. Mais à ce moment du jeu, c’était l’autoroute du kiff pour moi. J’étais dans une équipe de dingue. J’étais bien dans ma peau. Je ne me suis pas méfiée.

Avez-vous eu des doutes sur l’ honnêteté d’Estelle ?

Estelle était mal dans l’aventure. Elle en parle clairement à Brice. Elle dit qu’elle n’arrive pas à montrer ce dont elle est capable. Ce sont des mots que l’on a très régulièrement entendu de sa part. J’ai eu presque l’impression que voter contre elle serait une libération. On lui permettait de partir par la grande porte. On pensait même qu’elle nous aurait donné le collier pour la suite de l’aventure tellement elle semblait mal. Finalement, elle n’était pas si mal et elle a joué un jeu.

Vous étiez la seule à lui parler et cela s’est retourné contre vous ?

Le départ de François a été compliqué car il avait un rôle fédérateur. Quand Estelle n’était pas bien, il allait la chercher et trouvait les mots justes pour la rebooster. Lorsqu’il est parti, j’ai tenté de prendre son rôle. Estelle se fermait de plus en plus. J’ai essayé de lui parler de ses erreurs avec des mots que je pensais peser au mieux. J’allais la voir pour l’aider et malheureusement c’est moi qu’elle a trahie. Je ne comprendrai jamais ce choix.

Quel a été votre ressenti au moment du conseil ?

A ce moment précis, je n’étais plus dans un jeu, j’étais complètement déconnectée. C’était presque instinctif, on m’arrachait de ma famille.

« A partir de cette nuit, je ne dors plus avec les miens et je les verrai plus ». Un gros sentiment d’abandon m’habitait à ce moment-là.

Que retenez-vous de cette aventure ?

Je ne pensais pas m’offrir un abonnement à la boule noire. (Rires) Sportivement, je m’étais hyper préparée avant de partir et je n’ai pas pu montrer toutes mes qualités sportives. C’est frustrant. Mais c’est une aventure tellement magique. Elle est encore plus belle que ce qu’on peut imaginer. C’est dingue de vivre des moments fous à l’autre bout du monde. Et cette difficulté qui est peut-être la plus belle, et à laquelle on pense quand on est rentré : « à quel point on en a bavé à certains moments ».


Que vous a apporté cette aventure ?

Je savais que j’étais une débrouillarde mais j’avais besoin de connaître mes limites. Aujourd’hui, même si j’aime toujours les belles choses, j’ai appris qu’on peut vivre des choses folles avec pas grand-chose. Je n’ai plus peur de partir à l’autre bout du monde avec un sac à dos. Cette aventure m’a donné des ailes.

Quelle équipe vous impressionne le plus ?

Pour leur carrure, ce sont les verts. Ils sont physiquement impressionnants. Avec une pensée émue pour Bertrand-Kamal. Il était l’âme de cette équipe, quelqu’un d’entier, de vrai, toujours souriant et de profondément attachant.

Rendez-vous la semaine prochaine pour un épisode où toutes les cartes sont rabattues. Trois conseils, trois éliminés. Rendez-vous le vendredi 18 septembre à 21 heures sur TF1.

En savoir plus sur Denis Brogniart

Vidéos associées

News associées