Koh-Lanta - Estelle, éliminée : « cette aventure m’a reboostée »

Sauvée la semaine dernière par un collier d'immunité et malgré une prestation impressionnante lors de l'épreuve des bambous, Estelle a été éliminée lors du 4ème conseil le 18 septembre. Son Interview.

Mais quel coup de maître ce collier… Dans quel état d’esprit étiez-vous à ce moment précis de l’aventure ?

Pour tout vous dire, je cherchais ce fameux collier depuis le début de mon aventure. Je ratissais la zone depuis des jours. Cela faisait plus d’une heure que je fouillais tous les recoins. J’avais divisé l’endroit en trois parties. J’essayais d’être la plus méthodique possible. J’étais déterminée. Au moment de la découverte, Marie-France n’était pas très loin. Donc j’ai gardé ma joie intérieure. Mais quel bonheur de trouver ce collier qui allait me sauver. La persévérance paie ! (rires)

Marie-France était votre alliée dans l’aventure. Vous le dites régulièrement. Pourquoi ne pas lui en avoir parlé ?

J’ai voulu la protéger. Il fallait que la surprise soit totale pour éviter que l’équipe partage ses votes et élimine Marie-France. C’était tactique

A partir de quel moment avez-vous décidé de glisser le nom de Diane dans l’urne ?

J’avais le choix entre Diane et Jody. Mon choix s’est porté sur Diane car elle prenait énormément de place dans l’équipe sans laisser le partage d’opinion. J’ai voulu casser ce noyau pour pouvoir exister en tant que membre à part entière de l’équipe.

Quand on écoute Diane, elle était persuadée d’être une épaule attentive…

Je n’ai pas du tout ressenti son envie de m’aider mais plutôt son côté agressif. Quand on vient en aide à quelqu’un, on ne pointe pas du doigt tout ce qu’elle peut faire. Ce n’est pas ma définition d’une épaule attentive.

Etes-vous d’accord pour dire que vous n’étiez pas, en ce début d’aventure, au meilleur de votre forme ?

Pour pouvoir me surpasser, j’ai besoin de ressentir une cohésion et être portée par mon groupe. Quand on subit des reproches, au quotidien, on se renferme dans sa bulle. Je n’avais pas le droit de regarder les autres équipes car cela signifiait que je cherchais des alliances. Quand je demandais conseil lors des épreuves on me disait de me taire. Psychologiquement cela a été très dur. Et je me dis que finalement j’ai été très forte de tenir face à cette pression psychologique que je subissais.

Cela doit être difficile de s’entendre dire que l’on n’est pas sportive quand on a votre passé de championne ?

Sur le camp, je ne les ai pas vraiment entendus. En revanche, je les entends et ils me font mal lorsque je regarde l’émission en famille. Quand sur le camp, certains de mes co-équipiers disent : « Estelle nous vend du rêve en sport ». Je peux vous dire que mon père en a eu le cœur déchiré. Et vous en reparler aujourd’hui, cela me blesse encore terriblement.

Qu’aviez-vous dans la tête lors de l’épreuve des bambous ?

Je savais que cette épreuve était pour moi. Une épreuve individuelle au service du collectif. Je voulais leur prouver que j’avais ma place… Quand on me la laisse (Rires). Je me suis concentrée. J’ai pensé à la chanson d’Amel Bent « Toujours le point levé » (NDLR : ma révolution). Cette musique, je l’ai eue durant toute l’épreuve. Accepter les différences… C’est ça qui m’a fait tenir.

Que vous a apporté l’aventure Koh-Lanta ?

Je suis repartie de cette aventure boostée. Mon collier m’a permis de rester quelques jours supplémentaires et de montrer que j’avais toute ma place dans l’aventure. C’était important pour moi.

Depuis, j’ai l’impression d’être indestructible. J’avais perdu confiance en moi. Koh-Lanta me l’a redonnée. Oui on peut tout faire. Et surtout j’ai reçu tellement d’encouragements. Les plus beaux, ce sont ceux de mes fils : « tu es la plus forte, ma petite mère ».

La semaine prochaine, dans Koh-Lanta, les 4 Terres, les cartes sont rabattues. Les quatre tribus vont être chamboulées. L'esprit régional sera-t-il plus fort que les couleurs ? Rendez-vous vendredi prochain à partir de 21H05

En savoir plus sur Denis Brogniart

Vidéos associées

News associées