Koh-Lanta : Lau : "Je suis fier d’avoir eu une ambassadrice comme Julie"

Voir le site Koh-Lanta

LAURENT
Par Sabine BOUCHOUL|Ecrit pour TF1|2016-10-15T08:00:16.812Z, mis à jour 2016-10-15T08:00:16.812Z

Lau est la première victime du conseil de la tribu réunifiée. Le capitaine des Rouges a été éliminé parce que vu comme une menace par les ex-Jaunes. Le judoka revient sur son aventure.

Comment avez-vous vécu cette aventure ?
C’était une très belle aventure, avec des débuts difficiles puisqu’on a perdu beaucoup d’épreuves de conforts et c’est forcément plus compliqué pour la suite. C’était une belle aventure humaine, j’ai fait des belles rencontres et j’ai trouvé ce que j’étais venu chercher.

Et qu’est-ce que vous étiez venu chercher ?
Je voulais quelque chose d’extraordinaire. Je suis un grand fan de l’émission, je m’attendais à vivre une expérience unique. Je cherchais le dépassement de soi, la débrouille, m’éloigner de mon confort quotidien, me prouver que je pouvais m’en sortir dans un milieu hostile et me confronter à des adversaires qui ne sont pas dans la même catégorie que moi.

Qu’est-ce qui était le plus difficile ?
La faim, les défaites. Quand je fais quelque chose, je le fais à fond et je ne le fais pas pour perdre. Dans mes compétitions de judo, je ne suis pas habitué à perdre donc les défaites à répétitions des épreuves, c’est dur. Et puis, le plus difficile, c’est vraiment de quitter l’aventure.

Justement, vous vous y attendiez ?
Je savais qu’avec la réunification, ma tête était mise à prix. J’étais menacé, mais Benoît aussi. On savait que les Jaunes allaient éliminer les plus forts. Ils avaient cruellement peur de moi, ils nous avaient dit que la stratégie c’était de faire sauter les leaders des rouges et que ce serait plus facile pour eux après. Je ne trouve pas que ce soit une bonne stratégie parce qu’on n’élimine pas les moins méritant mais par peur, par crainte. Mais, ça fait partie de Koh-Lanta.

Etiez-vous assez stratégique ?
Je pense que j’aurais pu faire mieux, plus. Surtout une fois sur l’île blanche… Mais on manquait cruellement de temps. Tout s’est passé très rapidement. En une journée. Je n’ai pas eu le temps de mettre en place une stratégie, mais si je l’avais eu j’aurais essayé de me rapprocher de Jérémy et Jesta parce que ce sont les deux qui ne sont pas forcément bien vus dans le camp des jaunes. Je me serais rapproché d’eux pour essayer de nouer une alliance et faire jouer la balance dans les votes et retourner la tendance.

Vous pensez qu’ils vont trahir les ex-jaunes ?
Je ne sais pas mais j’ai l’impression qu’ils ont vécu une aventure un peu en parallèle. Je découvre leur histoire comme les téléspectateurs et je suis encore plus pressé et excité de voir la suite. Parce que j’ai vécu la première partie de l’aventure et j’ai vraiment envie de savoir ce qu’il va se passer après.

Vous ne vouliez pas être ambassadeur, pourquoi ?
Tout simplement parce que c’est du 50/50. Et si on part, on part. Il n’y a pas de retour en arrière ou de joker. Et je sais que si j’aurais été ambassadeur, je serais allé jusqu’à la boule noire. Par conviction. On a énormément galéré avec mon équipe et il était hors de question d’éliminer quelqu’un. On a galéré sur la faim, on a galéré sur les épreuves, on a créé des réels liens en vingt jours et je ne me voyais pas priver quelqu’un de la suite de l’aventure. Et pour ne pas sortir aux portes de la réunification, j’ai préféré ne pas y aller. 


"Julie, c'est une petite fée"


Vous ne sembliez pas être rassuré par Julie, l’ambassadrice des Rouges.
Je ne veux pas parler à la place des autres, mais honnêtement moi, je n’étais pas du tout rassuré. Parce que Julie panique énormément. D’une part, elle n’avait pas envie d’y aller, comme tous les membres de l’équipe, mais elle l’extériorisait beaucoup plus. Elle était triste, elle pleurait, elle me demandait beaucoup de conseils, je la coachais. Et c’est vrai que ce n’est pas dans son tempérament de rentrer dans des négociations où d’aller au choc. Julie, c’est vraiment quelqu’un de magnifique, elle est dans son monde, c’est une petite fée. Je la voyais mal aller à la bagarre pour nous. Pour le coup, elle a tenu son rôle et ça a bien fonctionné. Elle est revenue. Et je suis fier d’avoir une ambassadrice comme Julie.

Pour vous, le conseil, n’était-il pas une trahison ?

J’étais tellement sûr que le vote noir de Sandrine serait contre Jérémy. Quand je vois le nom de Jean-Luc, ma réaction c’est « oh ! Il me l’a mise à l’envers ». Mais avec un peu de réflexion, je pense que lui aussi s’est fait rouler. En fait, jusqu’à maintenant je ne sais toujours pas si c’est lui qui m’a roulé ou s’il s’est fait lui-même roulé ! (rires) Mais ça reste de la stratégie. Son objectif en arrivant chez nous c’était de nous retourner le cerveau. Nous, on est peut-être tombé dedans…. Cette élimination c’était le plus gros coup dur de l’aventure. J’avais encore tellement de chose à prouver. J’avais comme objectif d’aller jusqu’aux poteaux. Et ce qui me rend fou, c’est qu’il y a encore des gens dans le jeu qui sont moins méritants que moi.

Il y a eu des bons moments tout de même ?
Je n’ai pas de meilleurs souvenirs parce que pour moi, tout est un bon souvenir. Je me souviens de notre première victoire, c’était exceptionnel. Je me rappelle quand Denis Brogniart nous a donné le totem sur l’épreuve du bélier, je me rappelle de nos méga-fous rires sur l’île. On était vraiment dans la galère, mais ça nous a vraiment soudés, on rigolait beaucoup, il y avait une super ambiance. Je me rappelle des punchlines que je sortais, notamment quand je dis à Julie : « tu chantes bien mais ce n’est pas The Voice » ! (rires) J’ai noué de vrais liens d’amitié avec les membres de mon équipe. Benoît et Candice sortent du lot, Stéphane aussi. Julie, on a créé quelque chose de fort aussi. Je garde en mémoire une expérience forte et intense. Et même les défaites et les mauvais moments, avec le recul, je me dis qu’ils sont uniques. Tout le monde n’a pas la chance de participer à Koh-Lanta.

Vous suivez Koh-Lanta chez vous ?
Je regarde chaque épisode, je ne loupe pas une miette et je me fais le replay après tout seul pour tout bien analyser. (Rires) Tout ce qu’on voit à la télévision c’est vraiment tout ce qu’on a vécu ! C’est super.