Dans l'actualité récente

Koh-Lanta : Olivier quitte le jeu pour raisons médicales : "J’étais persuadé de revenir dans l’aventure"

Voir le site Koh-Lanta

Koh-Lanta, le combat des héros - Olivier HURLE sa colère  (Ep.3)
Par Ingrid BERNARD|Ecrit pour TF1|2018-04-07T05:00:14.994Z, mis à jour 2018-04-07T05:00:14.994Z

Olivier est parti de Koh-Lanta pour raisons médicales. Il revient sur son départ, son coup de genou dans la tête de Ludovic lors d’une épreuve, son lien avec les ex-Jaunes…

Vous avez quitté l’aventure pour raisons médicales. Que s’est-il passé ?
J’avais mal au ventre depuis deux jours. Le sommeil était particulièrement difficile. La production n’a pas voulu prendre de risque. J’ai fait une échographie. Ma vésicule biliaire était hyper dilatée. La crise a fini par se calmer mais le médecin m’a interdit de reprendre l’aventure. Je tiens à dire que j’ai été super bien entouré par le staff médical. Sur place, il y avait un chirurgien, plusieurs médecins et infirmières. La production a même appelé ma femme pour la prévenir et la rassurer. J’avais déjà eu une crise il y a dix-sept ans, mais plus rien depuis. On m’a retiré la vésicule biliaire trois semaines plus tard à mon retour en France. C’était un moyen pour moi de tirer un trait sur cet épisode malheureux.

Qu’avez-vous ressenti lorsqu’on vous a dit que vous ne pouviez pas revenir dans le jeu ?
De la frustration et de l’amertume. J’étais convaincu de revenir dans le jeu. Je me suis dit que l’ancienne équipe Jaune allait être décimée. Je savais que l’on allait servir de fusible à Dylan. J’ai l’impression d’avoir laissé Clémentine toute seule.

En voulez-vous à Dylan ?
Absolument pas. Il est malin, il joue bien. Quand il a eu le pouvoir de recomposer les équipes avec Yassin, il a décidé de casser les binômes pour se protéger. Je savais qu’il remporterait cette épreuve, elle était faite pour lui. Il a un peu merdé sur les deux premières épreuves, mais il s’est bien rattrapé par la suite. J’avais de l’affection pour lui. Je lui faisais confiance. Il savait que je n’allais voterai pas contre lui.

Aviez-vous imaginé une stratégie pour la suite de l'aventure ?
Je pense que je me serais associé à Clémentine, Jérémy, Candice et Ludovic. J’aurais également aimé connaitre des Alban ou Pascal.

On vous a vu en larmes lorsque Ludovic s’est pris votre genou en pleine tête lors d’une épreuve. Qu’avez-vous ressenti ?
J’étais extrêmement mal. Ludovic était chaos. On a eu beau me dire que je n’y étais pour rien, je me suis senti coupable. C’était mon binôme dans l’aventure. Ca fait 11 ans, qu’il voulait refaire Koh-Lanta. Je ne m’en serais pas remis s’il avait dû quitter le jeu ! Je serais moi-même parti.

Qu’avez-vous à répondre à Chantal qui vous a traité de « menteur » lors du premier conseil ?
Je n’ai jamais menti. Je vais vous dire comment la journée s’est réellement déroulée : avec les garçons, on essayait de faire le feu. J’ai demandé à Chantal de nous aider car c’était une experte de la survie. Elle n’a pas voulu se bouger. On s’est finalement arrêté. C’est à ce moment-là que j’ai dit à Chantal qu’elle pouvait aller chercher le collier si elle le souhaitait. Je tiens également à préciser que c’est grâce au bambou de Raphaële qu’on a réussi à faire du feu. C’est pour ça que j’ai décidé de ne pas voter contre elle au conseil.

Vous aviez une obsession : la peur de vous faire éliminer par un collier d’immunité…
Ca m’est arrivé lors de mon premier Koh-Lanta. Je ne voulais pas que ça se reproduise ! Je ne voulais pas être deux fois le dindon de la farce pour la même raison… Trouver un collier, ça offre un avantage considérable on peut gagner jusqu’à six jours en faisant croire aux autres qu’on va le sortir à un conseil.

Qu’avez-vous pensé du « faux collier d’immunité » de Javier ?
Sur le coup, ça m’a fait sourire. C’est le jeu. Ce qui m’ennuie c’est que tout le monde était au courant sauf la pauvre Nathalie. Mais dans Koh-Lanta, tout peut se retourner très vite contre nous. Il faut savoir assumer ses actes. Après, il faut relativiser, beaucoup de gens oublient que ce n’est qu’un jeu.


en savoir plus : Dylan, Olivier