Koh-Lanta : Quatre conseils pour déguster blattes, larves et yeux de poissons

Voir le site Koh-Lanta

Koh-Lanta, épreuve de dégustation
Par Sabine BOUCHOUL|Ecrit pour TF1|2016-10-24T07:00:05.304Z, mis à jour 2016-10-28T09:26:06.960Z

Épreuve phare de Koh-Lanta, la dégustation offre toujours de grands moments de télévision. Haut-le-coeur et cris de dégoût, tout y est. Voici quelques conseils pour surmonter tout ça.

C’est l’une des épreuves incontournable de Koh-Lanta : l’épreuve de dégustation. En solo ou en duo, le principe est le même : les aventuriers doivent manger de "succulents" mets : la classique blatte grillée, le scorpion caramélisé, les vers de cocotiers ou autre œil de chèvres ou marlin. Cette année, l’épreuve a été remportée par Benoît, impassible et peu dérangé par le contenu de son assiette. MYTF1 vous donne quatre conseils, si jamais, vous vous sentez l’âme aventurière et vous souhaitez déguster un plat de larves.   

Faire abstraction du goût
C’est le conseil de Carine, aventurière inoubliable de la saison Koh-Lanta Thaïlande. Dans une interview qu'elle nous a accordée, elle expliquait que pour avaler une blatte, il fallait faire "abstraction de savoir quel goût ça a, mais ça a un goût grillé en bouche". Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, Gabriel trouve que le vers de cocotier a un goût "de fumier". Pour Charles, dans la saison 2012, cela ressemble plus à de "la noisette". Quant à la blatte, Béryl, elle, trouve qu’il y a "une ressemblance avec la banane". Wafa, dans la saison le retour des héros, ne pouvait se résigner à mettre l’insecte de sa bouche. Freddy, qui faisait équipe avec elle, lui a d'ailleurs pincé le nez, histoire d’empêcher la distinction des saveurs.


Ne pas avoir la bouche sèche
C’était la terreur de Béryl, ne pas avoir de salive, parce que pour avaler, c’est plus compliqué. D’ailleurs, lorsque Denis Brogniart essaie l’épreuve de dégustation, c’est le conseil qu’il donne : "Il ne faut pas avoir la bouche sèche, parce que c’est dur à avaler", tout en croquant dans un scorpion caramélisé. Cependant, il avoue, tout en mastiquant difficilement : "j’aurais été incapable de gagner cette épreuve-là. Je ne pourrais pas aller aussi vite qu’eux".



Ne pas se poser de questions
D’accord, ce n’est pas très ragoutant. Mais plus on réfléchit et plus c’est compliqué de se jeter dans le bain de l’épreuve. Catherine avait une technique toute simple, ne pas se poser les questions : "Les vers, on les met dans la bouche, on croque et on avale tout", expliquait-elle à Télé7Jours. Pareil pour Benoît qui avait branché le mode machine. Bon par contre, là où ça peut coincer c’est lorsqu’on arrive aux ailes : c’est "impossible à avaler", confie Béryl.

Savoir une  chose : c’est riche en protéines
Si dans une partie du monde, on se délecte des blattes, des vers et scorpions, c’est sans doute parce que ce n’est pas si mauvais pour la santé. Certains mets, considérés comme délicieux dans les cultures asiatiques, sont même bénéfiques. Catherine expliquera donc que les vers,  "ce n'est pas si mauvais qu'on l'imagine. C'est même plutôt agréable et en plus, riche en protéines". Pas la peine, donc, de faire la fine bouche !



en savoir plus : Denis Brogniart, Carine