Les 12 coups de Midi - Christian : "J’ai rêvé des 100 victoires"

Voir le site Les 12 coups de midi

Les enfants de Christian
Par Ingrid BERNARD|Ecrit pour TF1|2016-09-23T11:00:34.306Z, mis à jour 2016-09-23T11:00:34.306Z

C’est la belle histoire du moment. Avec ses 418.02 euros et ses 81 victoires, Christian est le plus grand Maître de Midi. Ce père célibataire qui touche le RSA va enfin pouvoir souffler. Il nous confie son nouvel objectif et nous parle de ses superstitions.

Vous êtes le plus grand Maître de Midi avec un record de victoires et un record de gains. Quel est votre prochain objectif ?
Atteindre les 100 victoires. Ca me parait encore loin, mais rien n’est impossible ! La première fois que j’ai mis les pieds sur le plateau, je n’avais qu’un objectif, arriver au coup fatal. Je me suis très vite pris au jeu. J’avais tout d’abord pour ambition de battre le record de participations, puis le nombre de coups de maitre et enfin de battre le record de gains détenu par Alexandre depuis six ans. C’est désormais chose fait. Dans les 12 coups de midi, je me suis rapidement senti chez moi.

Il parait que vous êtes quelqu’un de très superstitieux…
C’est le moins que l’on puisse dire. J’ai le même rituel tous les matins. Lorsque je participe aux 12 coups de midi, je suis logé à l’hôtel. Je prends le petit déjeuner toujours au même endroit, à la même table. Je mange toujours la même chose. Je demande au taxi de me déposer toujours sur le même trottoir. Je suis quelqu’un de très carré.

Et les 500.000 euros, vous y pensez ?
Forcément un peu mais ce n’est pas mon objectif premier. Vous savez, lorsque l’on est dans une situation précaire 410.000 euros ou 500.000 euros, ça ne nous parle pas trop. C’est tellement énorme. Aujourd’hui, j’accorde beaucoup d’importance au fait de faire gagner des téléspectateurs. Je sais à quel point ne serait-ce que 1.500 euros peut aider une personne dans le besoin.

Votre record sera peut-être détrôné un jour. Ca vous dérange ?
Non. Un record est fait pour être battu. Je suis un compétiteur. En tant que joueur, j’aime gagner et je veux gagner. Mais j’accepte aussi de perdre.

Revenons à votre superstition. Avez-vous fait un rêve prémonitoire avant de participer aux 12 coups de midi ?
Certains ne me croiront peut-être pas, mais j’ai rêvé du cap des 100 émissions. Depuis le premier jour, j’ai ce chiffre dans un coin de ma tête. J’ai aussi rêvé d’une ou deux questions que Jean-Luc Reichmann m’a posé sur le plateau. Je n’ai pas eu besoin d’aller vérifier sur Internet car je connaissais déjà la réponse.

"Avez Zette, on est très complice"

Y a-t-il des chiffres qui vous tiennent à cœur ?

Il y en a plusieurs. D’une manière générale, je n’aime que les chiffres impairs. Le matin, lorsque j’arrive au studio d’enregistrement, je me fixe l’objectif de trouver des plaques d’immatriculation qui ont des chiffres premiers ou des multiples de trois. Lorsque c’est le cas, je sais que je vais passer une bonne journée. Le matin, je mets le réveil à 7h01 et je bois un verre de jus d’orange ou trois. Je n’en prends jamais deux ! En revanche, j’aime bien les chiffres 4 et 14. Le premier jour où je suis arrivé à l’hôtel, on m’a installé dans la chambre 414. J’y ai vu un signe. Je savais que je serais là pour longtemps.

Vous sentez-vous prêt à vous investir dans une association ?
Oui. Mon fils est entré au CP. Je vais pouvoir davantage m’investir dans des associations. Il y a plusieurs causes qui me tiennent à cœur, notamment le harcèlement scolaire. J’aimerais initier la « minute du professeur » dans certains collèges.  J’ai aussi envie de donner du temps aux enfants malades.

En parlant de la minute du professeur, il n’est pas rare que vous « preniez » la place de Zette. Cela ne lui pose pas de problème ?
Non. On s’adore. Ca l’amuse. Elle ne me voit pas comme un concurrent. Elle m’appelle "son complice". Mon but n’est pas de prendre sa place. Je suis un candidat et je n’interviens que lorsque Jean-Luc Reichmann me donne la parole. Zette est la référence !

Vos enfants comprennent-ils tout ce qui vous arrive ?
Non. Ils sont encore petits. Ils sont contents des cadeaux que je gagne. Ils sont aussi très fiers de me voir à la télé et « dans l’étoile », mais ils n’ont pas la notion de l’argent. Ils reviendront peut-être un jour sur le plateau. En attendant, c’est leur maman qui les garde. On a vécu des moments difficiles au moment du divorce mais je suis content de notre relation aujourd’hui. Elle s’en occupe très bien.

Vous avez reçu de nombreux courriers. Avez-vous eu le temps d’y répondre ?
J’essaye de le faire de temps à autre. J’espère bien trouver le temps de répondre à tout le monde. Je reçois plus de cent lettres par jours. Il y a énormément de personnes qui saluent mon parcours. Il y a aussi des femmes qui cherchent à « se caser ». Des jeunes, des moins jeunes… J’ai toujours eu l’habitude de sortir avec des femmes plus jeunes que moi. Je ne suis pas sûr que je trouverais l’amour par ce biais-là, mais dans tous les cas, ça me touche.


en savoir plus : Jean-Luc Reichmann