12 coups de midi : Fabrice éliminé, "Beaucoup de personnes se sont reconnues dans mon histoire"

Voir le site Les 12 coups de midi

fabrice 12 coups
Par Ingrid BERNARD|Ecrit pour TF1|2017-11-22T12:00:18.324Z, mis à jour 2017-11-22T12:00:18.324Z

Fabrice a été éliminé mercredi midi après 33 participations. Il repart avec la somme de 140.721 euros. Ce père de famille, plein d’humilité, nous explique en quoi les 12 Coups de Midi a changé sa vie… et celle des autres…

Vous avez remporté 140.721 euros. Qu’allez-vous faire de cette belle somme d’argent ?
Avec ma fille, on est très voyages. On va déjà aller visiter les studios d’Harry Potter à Londres. On prépare également un périple de trois semaines l’année prochaine sur la Côte Ouest des Etats-Unis. On aimerait également aller à New York. Je vais aussi changer de voiture. Le reste, je vais le mettre de côté pour les études de ma fille. Et puis, on se fera des petits plaisirs de temps à autres. 140.721 euros, ce n’est pas une somme qui fait basculer votre vie, mais ça facilite grandement le quotidien !

Vous avez remporté une étoile. Qu’avez-vous fait de vos cadeaux ?
J’ai gardé la plupart : le téléphone, la console, la télévision. J’en ai donné aussi un certain nombre. La table de poker, je l’ai offerte  à un ami qui y joue tous les vendredis soirs. Quant à la table de massage, je l’ai donnée au club de football féminin de mon frère.

Pas trop déçu d’avoir échoué alors que vous étiez proche de décrocher une deuxième étoile ?
Sur le coup, j’ai eu un peu de regret. Mais avec le recul, j’en ai beaucoup moins. J’ai été beaucoup plus loin que je ne l’espérais. J’ai eu chaud quelques fois. Et pourtant, j’ai réussi à passer entre les mailles du filet. Bien sûr, lorsque l’on se prend au jeu, on a envie d’aller le plus loin possible. Mais il faut aussi savoir partager le bonheur.

Quel était votre objectif ?
Je me fixais à chaque fois des paliers. Au départ, décrocher l’étoile, puis être là pour fêter l’anniversaire de Jean-Luc Reichmann, puis celui de ma fille le 9 novembre. Je voulais également que ma fille puisse venir sur le plateau. Et ça a eu lieu ! Après, j’aurais bien aimé rentrer dans le top 10 mais j’en étais encore loin. 30 victoires, c’est souvent une période charnière dans l’histoire du jeu.

Vous avez perdu lors d’un duel. Peu de gens ont osé vous affronter à cette étape du jeu…
Oui, et pourtant, si j’avais un conseil à donner aux candidats : c’est d’affronter les champions à ce moment-là. En général, les champions savent gérer le stress au moment du face à face final. Ils savent rebondir après une mauvaise réponse. Ils ont l’expérience. Alors qu’au moment du duel, il n’y a pas de mystère : soit on connait la réponse, soit on ne la connait pas !

Quel champion vous impressionne le plus ?
Xavier, d’autant qu’il est le seul à être parti en étant invaincu. C’est un grand champion, mais c’est aussi quelqu’un de gentil, abordable. J’ai eu la chance de le rencontrer sur un tournage. Et puis c’est un passionné de foot comme moi.

Vous avez dû recevoir beaucoup de courriers…
Oui, j’ai reçu énormément de marques de sympathie. C’est mon humilité qui semble avoir plu aux gens. Quand on participe à un jeu, il faut savoir rester soi-même. Beaucoup de gens ont également été touchés par ma situation personnelle. Des personnes m’ont dit qu’elles s’étaient reconnues dans mon histoire, qu’elles avaient perdu un enfant ou un parent.

Vous avez évoqué le décès de votre épouse dans les 12 coups de midi. C’était important pour vous de témoigner ?
C’est venu naturellement. Jean-Luc Reichmann m’a demandé si j’acceptais d’en parler. Je me suis mis à la place des téléspectateurs qui vivent des drames. Dans mon cas, c’est la parole qui m’a libéré. J’ai trouvé beaucoup de soutien dans les groupes de parole face à la perte, la douleur. La vie doit continuer. On vit tous des drames, mais il faut réussir à aller de l’avant. Je voulais partager mon expérience avec les gens et leur donner quelques clés.

Vous avez également parlé de votre maman qui est décédée quelques mois avant l’émission…
Oui, elle était fan de l’émission. C’est elle qui me l’a fait découvrir. J’ai beaucoup pensé à elle tout au long du jeu. J’imagine qu’elle doit être fière de moi.

Votre fille doit être fière de votre parcours…
Oui, elle est aux anges. Je pense qu’elle ne réalise pas vraiment. Mais elle a eu beaucoup de bons retours dans la cour du collège.

Parlez de votre histoire, ça vous a également apporté quelque chose personnellement ?
Oui. Je suis quelqu’un qui n’ait pas confiance en moi malgré les apparences. Je me suis rendu compte que je pouvais faire du bien autour de moi. Mon regard sur l’être humain a changé également. Avant, je ne prenais pas forcément le temps de m’arrêter pour discuter. Là, je prends régulièrement quelques minutes.

Vous êtes capitaine de gendarmerie. Avez-vous l’impression que l’image de votre métier a évolué au cours de ces dernières années ?
Je pense que dans l’absolu les gens ont plutôt une bonne image des gendarmes. Mais je sens que ce sentiment s’est encore renforcé avec les attentats. Ils s’aperçoivent qu’on est là pour eux et pas seulement là pour les verbaliser. Mon passage dans l’émission m’a permis de montrer que les gendarmes n’étaient pas toujours « froids » comme on peut le penser.

Fabrice a été éliminé après 33 participations par Angélique, pour voir la question qui l'a fait chuter, c'est par ici


en savoir plus : Jean-Luc Reichmann