Exclu. Les 12 coups de midi, Timothée "Christian reste une utopie pour moi"

Voir le site Les 12 coups de midi

Timothée
Par Ingrid BERNARD|Ecrit pour TF1|2017-03-28T10:55:26.735Z, mis à jour 2017-03-29T11:31:01.546Z

Depuis cinq jours, Timothée enchaîne les Coups de Maitre. Il est aujourd’hui à la tête de 45.000 euros. Une somme qui va lui permettre de reprendre l’exploitation familiale avec sérénité.

Vous avez battu le record de Coups de Maitre d’affilée. Vous y attendiez-vous ?
Absolument pas. Je suis ravi. Je n’avais même pas connaissance de ce record. Je suis venu aux 12 coups de midi pour m’amuser. J’ai pris les émissions les unes après les autres. Après, je suis un compétiteur, donc je me fixe des paliers à atteindre pour me motiver.

Quel est votre objectif justement ?
Spontanément, je dirais les 60 participations pour entrer dans le top 10. J’ai un peu du mal à viser plus loin pour le moment car ça ne me semble pas réaliste. Christian reste une utopie pour moi !

Vous êtes-vous fixé un objectif financier ?
Non. Pour moi, j’ai déjà réussi mon parcours. Je viens aux 12 coups de midi en toute décontraction. 40.000 euros, c’est déjà une grosse somme. Je suis conscient de la chance que j’ai. Je suis encore étudiant, fils d’agriculteurs. Je n’ai jamais eu de salaire fixe. Je pense avoir la tête sur les épaules. Je sais ce que l’on peut faire avec une telle somme d’argent…

Que comptez-vous faire avec cet argent ?
Préparer mon avenir, assurer mes arrières. Je souhaite reprendre l’exploitation familiale. C’est ce que je souhaite faire depuis que je suis tout petit. Je ne suis pas d’une nature dépensière. Je vais maturer mes projets. J’ai été élevé comme ça. Je connais la valeur du travail. Je sais ce que c’est de pédaler dans la semoule pour s’en sortir. J’ai une belle opportunité, je ne veux pas la gâcher et ne surtout pas avoir de regrets dans le futur en me disant que j’ai mal dépensé mon argent.

Passer à la télé, c’est aussi un moyen pour vous de vous faire porte-parole du monde agricole ?
Oui, c’est un métier qui subit une crise profonde. Le climat économique actuel est morose. On n’en parle pas suffisamment. L’élevage joue un rôle prépondérant dans les milieux ruraux. Malheureusement, il existe un groupe de personnes qui veut mettre à mal ce milieu. L’élevage est l’unique activité dans plein de régions, surtout dans des petits villages de montagne. Il joue aussi un rôle touristique. Si l’on supprime ces espaces, on risque la mort de ces villages.

Vous êtes venu avec vos amis sur le plateau des 12 coups de midi. C’était important pour vous ?
Oui. Je les connais depuis trois ans. On étudie ensemble à Clermont-Ferrand. Ils savent que je suis un passionné des jeux télé et que j’essaye un maximum de me cultiver pour y participer. Ce sont des bons soutiens.

En participant aux 12 coups de midi, vous souhaitez également prouver que l’on peut "s’en sortir" quand on est fils d’agriculteurs ?
Oui, c’est un moyen de casser des clichés qui perdurent… Je souhaite montrer le dynamisme de la jeunesse agricole. Nous sommes des jeunes qui savons nous instruire.

N’avez-vous pas peur d’être inondé de courrier ?
J’ai déjà eu quelques retours positifs. Cela me fait plaisir ! Je ne m’attendais pas à ça. La médiatisation me fait peur. Je vais apprendre à la gérer. Mais je serais également très content de retrouver l’anonymat.