Combat des Maîtres - Les plus grands moments d’Issa Doumbia lors de la finale

Voir le site Les 12 coups de midi

12 coups le combat des maitres
Par Lorelei BOQUET-VAUTOR|Ecrit pour TF1|2017-07-09T10:00:40.226Z, mis à jour 2017-07-09T11:56:57.701Z

Parfois, quand l’enjeu est très sérieux, avoir quelqu’un capable de dédramatiser la situation par l’humour, ça fait du bien !

Alors que Jean-Luc Reichmann venait de lancer un blind-test musical sur le plateau des 12 Coups De Midi, Adrien le ukuléliste de l’émission s’est mis à interpréter le son du tube d’Estelle American Boy. L’ambiance enflammée aidant, le présentateur a invité Issa Doumbia à danser avec lui au centre du plateau. Ce dernier ne s’est pas fait prier pour enchaîner les pas comme un véritable expert, comme le montre notre vidéo ci-dessus. 

Alors que Jean-Luc Reichmann ventait les mérites de Timothée en tant que blagueur, Issa Doumbia ne s’est pas montré aussi convaincu. Après la blague peu flatteuse du citron, le comédien a précisé : « j’espère que c’est un bon coup ». Sous-entendant qu’il valait mieux que L’Aveyronnais ait d’autres cordes à son arc pour séduire.

 

Mais le comédien a aussi vécu des moments de solitude, comme au moment où il a affronté Valérie Damidot pour permettre à son équipe d’atteindre la toute dernière manche du jeu. D’ordinaire détendu, Issa Doumbia s’est mis une grosse pression. A tel point que même à des réponses simples, le jeune homme bloquait et ne parvenait pas à répondre. Il n’a pas su dire que la Galerie des Glaces se trouvait au Château de Versailles alors qu’il le savait. Le comble, c’est qu’il a même hésité quand Jean-Luc Reichmann lui a demandé qui animait Le Vendredi Tout Est Permis sur TF1, alors qu’il en est l’un des principaux intervenants. « Je ne suis pas venu ici pour souffrir », s’est lamenté l’acteur quand tout le monde s’est étonné de son manque de répondant. 

Un autre trublion dans la bande 

Outre les blagues du comédien de Nos Chers Voisins et des facéties de Valérie Damido, le public a aussi pu voir en Pef un joyeux perturbateur. Alors qu’il était déjà éliminé de la compétition avec Timothée, il se trouve qu’une question le concernant est arrivée dans le jeu. L’un après l’autre, les joueurs devaient indiquer des faits avérés le concernant. Si Sylvain a rappelé que le comédien avait joué dans une comédie musicale, Christian s’est amusé à raconter les mésaventures de Pouf le cascadeur. Il arrive toujours des bricoles à ce dernier, mais il se relève toujours en disant : « c’est exactement ce que je voulais faire ». Un exemple que Pef a parfaitement illustré samedi soir en se vautrant de sa chaise. 


en savoir plus : Jean-Luc Reichmann