31e campagne des Restos : 30 ans de fraternité

Voir le site Les Enfoirés Kids

promo article
Par Elodie LEROY|Ecrit pour TF1|2015-11-25T15:50:50.317Z, mis à jour 2015-12-10T12:06:59.813Z

Avec beaucoup d’humilité, Coluche avait prononcé ces mots sur les ondes d’Europe 1 : « J’ai eu une petite idée comme ça… ». Petite idée très bien conçue et charpentée, qui utilisait la forte notoriété de l’artiste comme haut-parleur au bénéfice de tous ceux que nous n’entendons pas, que nous ne regardons plus … Petite idée qui, 30 ans plus tard, demeure la base, le plan de route des Restos du Coeur ! Et plus que jamais dans cette période de violence inhumaine...

A la base de cet édifice : les bénévoles 

En 1985, ils étaient 4 500 : aujourd’hui ils sont près de 70 000. De tous âges, de tous milieux sociaux, de toutes catégories socioprofessionnelles. Leur engagement total et désintéressé constitue la principale énergie des Restos et se montre utile pour des centaines de milliers de personnes abîmées par la précarité. Ce bénévolat doit être mieux reconnu et facilité par les pouvoirs publics, l’engagement des jeunes et des actifs doit être encouragé. Dans un monde de plus en plus complexe et tatillon il faut aller plus loin en faveur de la simplification de la vie associative et faire très vite pour ne pas assécher cette ressource cruciale pour l’ensemble du monde associatif. L’action bénévole dans les structures d’insertion (IAE, logement) doit être reconnue par les pouvoirs publics car elle est complémentaire de celle des travailleurs sociaux.

Aller au bout de la loi Coluche 

La loi Coluche étendue au monde agricole doit permettre une lutte réellement efficace contre le gaspillage, tout en respectant les personnes accueillies par les associations et en bénéficiant aussi aux agriculteurs qui ne demandent pas mieux que de les aider. Les producteurs de lait, par exemple, grâce au dispositif fiscal, et grâce à leur générosité, ont permis aux Restos du Coeur de collecter plus de 7 millions de litres de lait l’an dernier ! Plusieurs avancées ont également été obtenues en matière de dons agricoles : élargissement du mécanisme fiscal à la filière oeuf en décembre 2014, abandon de recettes pour les producteurs agricoles, possibilité de transformer les fruits et légumes retirés du marché ouverte en février, puis confirmée en août suite à une expérimentation des Restos… Les avancées sont réelles mais nous entendons les poursuivre, notamment dans le secteur de la viande et des céréales afin de prouver que le monde agricole est généreux et prêt à s’engager. Les Restos, qui récupèrent déjà 35% des produits distribués grâce à une lutte efficace et sans relâche, vont poursuivre leurs efforts dans ce domaine en veillant à ne pas gonfler inutilement les frais logistiques.

Respecter l’indépendance associative et l’esprit de la loi 1901

L’indépendance des associations est primordiale. Rien ni personne ne doit modifier ce statut en « utilisant » les bénévoles comme chevilles ouvrières de politiques politiciennes locales. L’esprit de la loi de 1901, en garantissant la liberté des associations, leur a permis d’innover, d’expérimenter et de prendre des initiatives. Une juste complémentarité, tout en établissant des ponts entre les Restos du Coeur et les pouvoirs publics ou bien les partenaires privés, donne lieu à des échanges humains gratifiants en même temps qu’à de grands bénéfices pour les personnes accueillies par l’association. Un euro versé aux Restos par la puissance publique permet à l’association le déploiement de 6 fois plus d’actions concrètes sur le terrain (étude complète sur www.restosducoeur.org rubrique «communiqués et publication»). Cette manière de faire avait été, dès l’origine, pensée par Coluche : elle continue à porter ses fruits.

On compte sur vous.