Faut-il prendre des risques aux fourneaux dans Masterchef ?

Faut-il prendre des risques aux fourneaux dans Masterchef ?
Prendre des risques aux fourneaux, ça peut être méga payant ou juste catastrophique. Mais rester classique ne permet pas de se démarquer du lot des candidats ! Que faire !

Le champion toute catégorie de la prise de risque cette année dans Masterchef, c'est Matthias. Le beau ex-joueur de rugby de 24 ans veut montrer à tout prix qu'il maîtrise, qu'il innove et qu'il n'a pas peur de viser haut même si le temps est serré. Et ce depuis les épreuves de sélections. Mais est-ce que c'est payant ? Pas à chaque fois ! Ses noms de plat à rallonge, les trop nombreuses saveurs de ses plats laissent parfois le jury dubitatif. A l'image de jeudi soir où son mille-feuille revisité version salée avec des feuilles de bricks, du foie gras cru, n'a pas totalement convaincu Yves Camdeborde.
Mais a contrario jouer la sécurité et la simplicité, peut être tout aussi dangereux car le jury attend la perfection. C'est ce qui a couté la place de Fabrice à l'atelier Masterchef. Il a choisi de garder son rognon entier pour le poêler et le faire flamber au whisky, mais le manque de cuisson évident est resté en travers de la gorge du jury. Et cela n'a pas porté chance aux équipes lors de la première émission qui ont choisi de marier poire et fromage, une association facile qui n'a pas séduit notre jury.
Classique ou prise de risque ? Il faut le sentir ! Soit vous maîtrisez la recette sur le bout des ongles, soit vous laissez aller votre énergie créative pour étonner et surprendre le jury. Si ça passe, c'est le jackpot, si ça casse, c'est l'épreuve sous-pression. Mais ça peut valoir le coup. Et puis échouer et avoir la chance de rencontrer Anne-Sophie Pic, ça console. Ce n'est pas Bernard qui nous dira le contraire.


News associées