Nathalie et Fred, deux grands enfants

Voir le site Mes amis, mes amours...

Nathalie et Fred/Mes amis, mes amours, mes emmerdes
Par Ariane Grassi (TF1)|Ecrit pour TF1|2009-10-02T12:30:00.000Z, mis à jour 2009-10-02T12:30:00.000Z

Entre le joueur invétéré et la riche héritière, l'amour est tout sauf un long fleuve tranquille quand le mensonge s'invite à la fête. Couple inédit de télévision, Bernard Yerlès et Anne Charrier se sont glissés dans la peau de ces amants tumultueux.

Anne Charrier et Bernard Yerlès dans les rôles de Nathalie et Fred Marciani.
Nathalie et Fred/Mes amis, mes amours, mes emmerdes
Par quoi avez-vous été séduits à la lecture du scénario ? Bernard Yerlès : On a tous un peu le fantasme de ce groupe d'amis fidèles ! Je trouvais qu'il y avait un vrai potentiel pour dessiner plein d'histoires différentes autour de ces relations amicales et amoureuses.
Anne Charrier : Sur les premiers scénarios, le ton un peu décalé me rappelait les comédies à l'américaine. Cette histoire de potes me faisait penser à Friends et j'avais très envie de faire une comédie !

Qui sont Fred et Nathalie ?
BY : Fred est le personnage qui a le plus d'ambiguïtés. Ce vendeur de voitures de collection est un grand enfant que le bling bling rassure. Il aime les signes extérieurs de richesse, car c'est dans le fond quelqu'un d'extrêmement fragile qui a peur de ne pas être à la hauteur.
AC : Nathalie est une jeune fille de bonne famille, une fille à papa qui a été très protégée, voire couvée. Elle n'appréhende pas la réalité de la même façon que les autres.
Fred se montre parfois presque antipathique...
BY : Tout en lui est énervant ! Il est menteur et même un peu lâche, mais il a bon fond et il éprouve un amour profond pour ses amis. Il fait partie de ces êtres agaçants qu'on finit toujours par excuser !

Quelles sont les qualités et les faiblesses de vos personnages ?
BY :
Fred est opiniâtre, il s'est fait tout seul et il possède une véritable capacité à rebondir. Il manque simplement de sincérité. Il est d'ailleurs fasciné par la droiture et la franchise de la femme qu'il aime.
AC : La force de Nathalie, c'est sa sincérité, même si son côté "brute de décoffrage" peut lui jouer des tours ! En revanche, elle n'a pas un sens de l'effort exacerbé, car elle aime se faire plaisir et on lui a refusé peu de choses dans la vie...

Nathalie et Fred forment un couple plutôt tumultueux...
BY : Nathalie doit faire preuve de beaucoup de tolérance face à ce grand gaillard qui a parfois du mal à faire face aux problèmes, mais ils s'aiment vraiment. Ils vivent une aventure assez forte, passionnelle et charnelle.
AC : C'est le couple d'amoureux type, raides dingues l'un de l'autre ! Comme Nathalie est enceinte, ils sont en état de grâce. Mais dans leur couple, ce sont de grands ados !
La famille de Nathalie joue un rôle prépondérant dans l'histoire d'amour de vos personnages...
BY : Ce que Fred éprouve pour sa belle famille va de la fascination à la peur de l'abandon. Il a grandi sans son père et a l'espoir d'être reconnu par celui de Nathalie. Mais celui-ci ne l'accepte pas, car il n'est sans doute pas le gendre idéal. Réussir à séduire cette famille est le combat de Fred !
AC : Nathalie est encore sous le joug de l'autorité paternelle. Même si elle essaie de se défaire de l'image de sa mère, femme au foyer s'occupant de son mari et de ses enfants, elle retombe complètement dans le schéma. Elle est dans un rapport d'attraction-répulsion permanent avec sa famille.

Quelle est leur place au sein de la bande d'amis ?
BY : Fred est un pilier, on s'est imaginé qu'il était celui qui connaissait Olivier depuis le plus longtemps, que François était venu se greffer, suivi des filles au gré des rencontres amoureuses.
AC : Nathalie est une amie extrêmement fidèle, une bonne camarade à qui on peut tout demander, même si elle est une pièce rapportée. C'est une seconde famille pour elle, plus sincère et moins compliquée que la vraie !

Comment avez-vous donné corps aux deux protagonistes ?
BY : J'essaie toujours de partir de quelqu'un qui existe et de construire mon personnage en synthétisant deux-trois figures. Cela peut être pour un détail, une gestuelle par exemple : j'avais envie que Fred se mette tout le temps la main sur le cœur. Et puis il y a sans doute un peu de moi en lui...
AC : Pour la maternité de Nathalie, j'ai forcément puisé dans ma propre expérience. J'ai aussi beaucoup pensé au personnage de Rachel dans Friends, fille à papa totalement immature qui sort un peu du même moule que Nathalie !

Ce groupe d'amis inséparable fait-il écho à votre propre expérience ?
BY : J'ai eu une bande pendant très longtemps, une troupe de théâtre. Cela ressemblait vraiment à ce qui vivent nos six personnages. Elle n'a pas tenu au-delà des quinze ans, je suis peut-être un peu nostalgique...
AC : Je n'ai pas la chance de partager une maison avec mes amis, mais on s'arrange toujours pour se voir malgré l'éloignement, en vacances ou en week-end.
Gardez-vous un souvenir précis du tournage ?
BY : J'ai aimé les chassés-croisés entre acteurs. Sur une fiction chorale comme Mes amis, mes amours, mes emmerdes..., on se passe le relais, c'est très agréable.
AC : L'accouchement était très drôle ! On avait beaucoup travaillé cette scène en amont parce qu'elle était compliquée à faire : c'est le moment où tout le monde déjante !

Vous étiez partenaires à l'écran pour la première fois : une expérience concluante ?

BY : Ce n'est pas compliqué de tourner avec Anne, c'est une crème ! On s'est tout de suite bien compris, nous avions imaginé les mêmes choses à propos de nos personnages. C'est une belle rencontre, assez touchante.
AC : Tourner avec lui est un vrai plaisir ! La complicité est venue en jouant et en discutant. Je ne connaissais aucun des comédiens, là aussi j'étais la pièce rapportée, mais j'ai l'impression qu'on a créé une famille dans la famille...


Propos recueillis par Ariane Grassi