Miss France 2019 : Alicia Ayliès : "Grâce à Miss France, j’ai plus d’assurance et d’ouverture d’esprit"

Voir le site Miss France 2019

Election de Miss France - L'interview exclusive d'Alicia Aylies, Miss France 2017
Par Ingrid BERNARD|Ecrit pour TF1|2017-12-15T10:00:37.611Z, mis à jour 2017-12-15T10:00:37.611Z

Le 16 décembre prochain, Alicia Ayliès rendra sa couronne de Miss France. La jeune femme revient sur cette année qui a marqué sa vie et sur ses projets.

Quelle est la première chose que vous vous dites en regardant un an en arrière ?
Ma vie a été complètement bouleversée en un an. Je ne pensais pas que l’évolution serait aussi rapide. J’ai énormément murie. J’ai plus d’assurance, davantage d’ouverture d’esprit… Je sens un décalage avec les personnes de mon âge. Mais les personnes qui comptaient pour moi avant cette élection sont toujours aussi présentes dans mon cœur.

Etes-vous nostalgique à l’approche de l’élection de Miss France 2018 ?
Ce qui me rend nostalgique, c’est le fait de me dire que je ne verrai plus autant toutes les personnes qui travaillent pour l’organisation Miss France. Au-delà du côté pro, il y a de l’humain. Il va falloir que je laisse ma place à une autre Miss. Mais pour moi cette année est un tremplin pour le futur.

Quels sont vos projets justement ?
D’ici janvier, j’aimerais me lancer dans le mannequinat. En décembre, j’aimerais également reprendre des études de marketing.  Cette année m’a donné des certitudes : j’ai envie de changer de voie (elle faisait des études de droit avant de participer à l’élection Miss France NDLR.). Même si New York, ça me tente bien…

Comment votre famille vit-elle l’éloignement ?
Tout le monde est très content pour moi, même si ce n’est pas simple. Ils savent que ces projets me tiennent à cœur. Du coup, ils me poussent. Ils sont un peu tristes mais ils se disent que cela va leur permettre de voyager.

Quels sont les conseils qui vous ont le plus marqués au cours de cette année ?
Je n’oublierai jamais mon voyage d’intégration en Andorre avec Flora Coquerel, Delphine Wespiser et Malika Ménard. Je me suis rendue compte que je n’étais pas seule au monde. Elles m’ont expliqué que c’était normal d’être un peu perdue les premiers instants après le sacre. Elles m’ont dit de profiter à fond, de ne pas se prendre la tête et surtout de rester moi-même. C’est grâce à ça que les gens nous sentent accessible.

Quelle Miss succèdera à Alicia Ayliès ? La réponse le 16 décembre en direct de Châteauroux