Résistance - Chronologie des mouvements de résistance en France

Voir le site Resistance

Résistance - soirée du lundi 26 mai 2014
Par Martin TRAN|Ecrit pour TF1|2014-05-26T20:55:00.000Z, mis à jour 2014-05-26T20:55:00.000Z

La série "Résistance" sur TF1 fait vibrer vos lundis avec les aventures de la jeune Lili parmi les différents réseaux créés pendant l'occupation nazie. Focus sur ces réseaux de la Résistance qui ont tout fait pour mener la vie dure à l'occupant allemand et ses nombreux collaborateurs.

Combat, Le Musée de l'Homme, les Bataillons de la Jeunesse... Ces noms ne nous évoquent peut-être plus grand-chose, mais dans la France de la Seconde Guerre Mondiale, théâtre de « Résistance », la série coup de poing de TF1 diffusée chaque lundi à 20h55, ils étaient les plus redoutables ennemis de l'occupant nazi et de la Milice.

Le « Réseau du Musée de l'Homme » en précurseur
Depuis le mois de juin 1940, la France vit sous l'occupation allemande. Elle est acceptée par le nouveau chef du gouvernement français, le Maréchal Pétain, précisément le 22 juin 1940. Mais cette décision est difficilement acceptée par certains intellectuels Français, dont fait partie Boris Vildé. Dès le mois d'août, il fonde avec Paul Hauet le « Comité National de Salut Public » qui sera ensuite renommé « Réseau du Musée de l'Homme » : on ne le sait pas encore, mais Vildé vient alors de former le premier mouvement d'envergure de résistance face à l'occupant allemand en France, qui éditera cinq numéros du journal clandestin simplement nommé « Résistance ».

Le « Musée de l'Homme » infiltré par Gaveau
Malheureusement pour Boris Vildé et les autres membres du « Musée de l'Homme », le réseau est vite infiltré par un Français collaborateur, Albert Gaveau. Tour à tour, il va dénoncer et entraîner l'arrestation des principaux membres du réseau : début 1941, les arrestations s'enchaînent, et Boris Vildé est fait prisonnier le 26 mars 1941. Le 23 février 1942, il est fusillé en compagnie de cinq compagnons...

Les « Bataillons de la Jeunesse » prennent la relève
En parallèle à l'activité du réseau du Musée, se créent les « Bataillons de la Jeunesse », à l'initiative du Parti Communiste Français, jugé clandestin depuis 1939. Alors que le pacte germano-soviétique est cassé par Adolf Hitler, le PCF décide de passer à l'action en lançant ses Bataillons de la Jeunesse. Le 2 août 1941, Albert Ouzoulias prend le commandement de ce nouveau réseau armé clandestin, avec à ses côtés un certain Pierre George, connu alors sous le pseudonyme de Fredo, puis plus tard sous celui du Colonel Fabien.

L'attentat du Colonel Fabien
Le premier fait d'arme des Bataillons est l'œuvre de ce dernier : le 21 août, Fredo accomplit le premier attentat qui vise un soldat allemand à la station de métro parisien Barbès-Rochechouard. Une action qui en entraînera d'autres, dont celle de Nantes le 20 octobre contre Karl Hotz, le Feldkommandant de la Loire-Inférieure.
En réponse à ces attaques, l'occupant décide de faire fusiller 100 Français pour chaque officier allemand tué : 48 seront en effet exécutés à Chateaubriand le 22 octobre, avec parmi eux le jeune Guy Moquet, puis 50 autres le 24 octobre au camp de Souge en Gironde. Ces attaques entraîneront une véritable chasse à l'homme qui se terminera vraisemblablement entre mars et avril 1942, quand une trentaine de membres des Bataillons sont arrêtés et fusillés.

« Combat » rentre dans la mémoire collective
Mais s‘il y a bien un réseau que l'Histoire retiendra, c'est « Combat », créé dès 1940 par Henri Frenay et Berty Albrecht. Très vite, Combat (connu alors sous le nom de Mouvement de Libération Nationale) arrive à s'implanter dans toutes les principales villes de la zone libre de la France d'alors. C'est avec ce réseau que communiquera Jean Moulin, chargé par le Général de Gaulle d'unifier les différents mouvements de résistance créés en France depuis le début de l'occupation allemande. Et c'est ce réseau que Lili, l'héroïne de la série « Résistance » qui anime vos lundis à partir de 20h55 sur TF1, a rejoint à Lyon, après que les membres du Réseau du Musée de l'Homme sont trahis par Gaveau, en même temps qu'elle agit à Paris pour les « Bataillons de la Jeunesse ».

C'est donc une Lili très active, vaillante et courageuse à souhait que nous suivons dans la série « Résistance », dont les épisodes 3 et 4 sont disponibles en video replay sur MYTF1 avant la diffusion des deux épisodes finaux le lundi 2 juin sur TF1.