Christophe Beaugrand : "J’ai prouvé que je pouvais tenir une grosse émission en direct"

Voir le site Secret Story

Secret Story - Christophe Beaugrand
Par Ingrid BERNARD et Lauren LAIK|Ecrit pour TF1|2015-11-19T16:50:51.393Z, mis à jour 2015-11-19T16:53:03.132Z

Secret Story, c’est fini. Christophe Beaugrand tire un bilan de ces quatorze semaines d’émissions en direct.

MYTF1. C’est la première année qu’il n’y a pas de finale de Secret Story…

Christophe Beaugrand. On avait tous envie de faire la fête et de célébrer la fin de cette saison qui a été magnifique. Mais compte tenu de la gravité des événements, nous avons a dû annuler la finale. Je l’ai annoncé moi-même aux 300 personnes présentes dans le public.

Comment les candidats ont-ils appris ces événements ?

Les équipes de production, de l’antenne et moi-même  nous sommes allés parler avec  eux, on leur a expliqué.  Je leur ai envoyé un texto pendant le week end pour prendre de leurs nouvelles car ce n’était pas une sortie banale…  On est maintenant heureux de pouvoir féliciter officiellement Emilie.

Comment fait-on pour tenir quatorze semaines non-stop ?

Le rythme du quotidien, c’est excitant ! C’est agréable de retrouver l’équipe tous les jours. Je me suis vraiment éclaté.  Je suis un gros travailleur, au contraire  j’étais dans mon élément. Ca me fait bizarre d’arrêter. Je vais prendre quelques jours de vacances. Je pars au soleil rejoindre des amis. 

Vous n’avez pas toujours été tendre en plateau avec Adrien Lemaitre…

Je le faisais beaucoup souffrir (Rires). Contrairement à ce que certains peuvent penser, je l’aime beaucoup. C’était l’innocente victime !

Quel est votre meilleur souvenir ?

Je crois que je me souviendrais toujours du jour du lancement de l’émission. J’avais le trac. Quand tu es derrière le grand écran qui doit se soulever, c’est impressionnant. Il y avait plein de lumières et des fumigènes. J’avais l’impression que c’était l’arrivée de Johnny Hallyday. Au moment de rentrer sur scène, j’ai eu une montée d’adrénaline hallucinante.

Qu’apprend-on de ce genre d’émission ?

J’ai toujours été friand de Secret Story. Du coup, je savais de quoi on parlait. Mais c’est vraiment fascinant de voir comment se fabrique une telle émission de l’intérieur. J’ai l’impression que l’on a créé un nouveau format avec le Debrief. Ca n’avait jamais été fait avant. En tant que nouvel animateur, j’ai pu impulser un ton. Il y avait tout dans cette émission, de l’humeur, de l’humour décalé. On ne se prenait pas au sérieux… On a modernisé la façon de traiter la télé-réalité.

As-tu l’impression d’avoir gagné encore en légitimité…

Les équipes de TF1 et Endemol m’ont fait confiance. Secret Story m’a permis de donner une stature différente. Ca fait des années que je souhaitais avoir ma propre émission. On en a beaucoup discuté avec la chaine. A l’époque, je n’étais peut-être pas prêt. Là, c’était le bon moment. J’ai prouvé que je pouvais tenir une grosse émission en direct.

N’avez-vous pas trop souffert de la comparaison avec Benjamin Castaldi ?

Certains m’attendaient au tournant. Ils ont vu que je faisais mon travail et surtout que je proposais quelque chose de nouveau. Du coup, il n’y avait pas de point de comparaison possible. Et puis, Benjamin Castaldi a été hyper fair play. Quand l’émission a débuté, il a envoyé un tweet à l’attention de tous les fans de l’émission. Il m’a passé le témoin de manière très élégante. Pendant l’émission, il m’a envoyé des SMS. Il m’a dit que ses enfants regardaient le programme et a ajouté en rigolant : « Ils se sont très vite habitués à ce que ce ne soit plus moi ».

Etes-vous prêt à repartir pour une nouvelle saison ?

Evidemment. Je suis impatient de savoir si ça va être reconduit. C’est une aventure tellement géniale.

Quels sont vos projets ?

Je vais rentrer début décembre pour travailler sur ma nouvelle rubrique de 50 mn Inside.



en savoir plus : Christophe Beaugrand, Emilie Fiorelli