EXCLU : Ali (SS9) : "Secret Story, c’est une arène"

Voir le site Secret Story

news 2310 1230 faudepart ali tv
Par Sabine BOUCHOUL|Ecrit pour TF1|2016-11-09T09:16:05.846Z, mis à jour 2016-11-09T09:16:05.846Z

Les beaux yeux d’Ali ont hanté bien des téléspectatrices. Joueur hors-pair, à la langue bien pendue, le candidat de la neuvième saison de Secret Story revient sur les moments forts de son aventure.

Quel est le plus beau souvenir de votre saison ?
Personnellement, je n’ai pas eu de moment plus fort qu’un autre. Chaque semaine, il y a eu quelque chose de fort. J’avais des missions à accomplir, parfois d’autres personnes étaient en mission et quand on découvrait ça, on était impressionnés. Si je devais en garder un, je dirais ma complicité avec Alia. Je ne m’attendais pas à rencontrer quelqu’un dans le jeu. J’étais venu uniquement pour le jeu et je ne pensais pas à croiser une personne comme elle.

Votre relation a mis beaucoup de temps à se concrétiser…
Parce que pour moi, Secret Story, c’était une parenthèse. Je me disais presque que c’était un autre monde et que je ne devais m’occuper que du jeu. J’étais venu avec un but bien précis, je venais d’ouvrir ma boutique juste avant, c’était presque un business plan. J’étais là pour jouer, prendre mon chèque et rentrer chez moi pour gâter ma famille et m’occuper de ma boutique correctement. Pendant le jeu, j’avais expliqué à Alia qu’on se reverrait à la sortie. 

Quelle a été votre mission préférée ? 
J’en avais une quasiment chaque semaine. Mais, ma préférée, c’était celle que j'ai dû effectuer avec Arthur. J’ai bien rigolé avec lui. Cela aurait été quelqu’un d’autre qu’Arthur, cela n’aurait pas été aussi marrant. Parce que dans sa tête, il est comme un enfant. Il faisait tout pour qu’on rate la mission. On était toujours à deux doigts de se faire prendre. C’est ce qui était le plus drôle.

Et le moment le plus difficile ? 
C’est sans doute les missions que je réalisais, non pas à contrecœur, mais qui ne me correspondaient pas, qui ne collaient pas à ma personnalité. Je les faisais, parce que j’étais vraiment là pour jouer, et c’était mon seul objectif. Je pense notamment à la mission « Alia » et la dernière avec Nathalie. 

Quand vous regardez en arrière, est-ce que vous avez quelques regrets ? Des choses que vous auriez faites différemment ? 

J’étais trop gentil dans la Maison. Pourtant on m’a reproché d’être trop joueur, notamment les candidats qui me disaient que je ne faisais pas attention aux sentiments. C’est vrai que je fonçais dans le tas, mais pour moi, j’y allais gentiment. Je continuais à caresser les candidats dans le sens du poil. Mais pour eux, c’était déjà trop. Si ça ne tenait qu’à moi, j’y serais allé encore plus fort. En mode "je casse tout". (rires) 

Pourtant, vous y êtes allé fort à certains moments...
C’était gentil. En rentrant je me demandais si le reste du casting allait être joueur comme moi, ou pire, j’aurais été mal barré. Secret Story, c’est une arène. On est tous les uns contre les autres et il n’y a qu’un seul gagnant. On n’est pas là pour se faire des cadeaux. Ca aurait été une colonie de vacances autrement. 

Que vous a apporté Secret Story ? 
J’ai appris que je pouvais énormément prendre sur moi. Je ne pensais pas que je pouvais être aussi patient également. Mais c’est surtout à la sortie que j’ai appris une chose : quand on passe de l’autre côté, quand on devient en quelque sorte un personnage public, la moindre bricole, la moindre parole a un impact. Quand on passe de l’anonymat à ce statut, sans être préparé, c’est violent. 

Auriez-vous un conseil à donner aux candidats de Secret Story ?
Je ne suis pas bon en conseil, mais je leur dirais de ne faire confiance à personne. Je me disais pendant ma saison, et j’avais raison, à la sortie, plus personne de la Maison ne sera là. A l’heure actuelle, on vit chacun de notre côté. On ne peut compter que sur son public et pas sur les candidats à l’intérieur. 

Donc, vous n’avez pas gardé contact avec les candidats de votre saison ? 
C’est rare. Des messages tous les deux, trois mois. Ce sont des gens que je ne connaissais pas avant Secret Story, je ne les avais jamais vus de ma vie. D’accord, on a vécu quelque chose qui  nous lié à vie mais si j’ai besoin de quelque chose, je ne veux pas me tourner vers eux. Dans la vie de tous les jours, il n’y a que ma famille et mes potes.

Retrouvez le parcours d'Ali lors de la neuvième saison de Secret Story :



 

en savoir plus : Ali