La palme du candidat le plus drôle malgré lui revient à … Eddy

Voir le site Secret Story

Nathalie et Eddy réveillent la maison
Par S.B|Ecrit pour TF1|2016-07-19T09:00:44.520Z, mis à jour 2016-07-19T09:00:44.520Z

Eddy (Secret Story 7) est sans doute l'un des candidats les plus emblématiques de Secret Story, c'est aussi l'un des plus drôles de toute l'histoire du programme. On vous dit pourquoi.

Eddy, c’est le bon copain. Le garçon toujours présent quand on en a besoin. Déconneur, solaire et drôle. Très drôle. Un vrai boute-en-train toujours prêt à sortir une blague pour désamorcer un conflit naissant. 

Eddy a fait sa première apparition dans Secret Story lors de la saison 7 et il n’est pas passé inaperçu. Physique longiligne, silhouette androgyne, danseur de talent et véritable dynamite vivante, le jeune garçon est un personnage attachant. Parmi l’un des préférés des téléspectateurs de Secret Story. Et pour cause, Eddy manie l’art secret de l’autodérision aussi bien que son sèche-cheveux et ses ciseaux.


S’il rit de tout, il rit aussi beaucoup de lui et assume complètement son manque de culture générale. Quand on lui demande qui a peint la Joconde, il répond « La Joconde » ? Il est même sacré roi des expressions les plus « daaar » de Secret Story. Quand il est heureux, il dit qu’il est « dosé », il se demande comment on dit « Secret Story » en anglais. Et, quand il veut entendre des commérages, il annonce : « vamos a comer » (allons manger, en espagnol). Alors, on comprend que quand il s’en va, c’est un peu une tragédie pour le reste de la Maison des secrets.

Lorqu’il quitte l’émission, Anaïs (son inséparable Foufouna) s’effondre littéralement dans une scène digne d’un drame hollywoodien. Il nous semble avoir entendu son déchirant « Eddyyyyyy » à plusieurs kilomètres de la maison. Aujourd’hui, cette scène de départ reste tout de même l’une des plus drôles (malgré elle) de l’histoire de Secret Story. Rien que pour ça, Eddy mérite sa palme. Et, s’il le veut, il peut la partager avec sa complice de toujours, Anaïs.