SEPT A HUIT - Trafic de la faim

Ils étaient vendeurs ou bien ouvriers… Ils sont devenus trafiquants par nécessité. Au Vénézuéla des mères et des pères de famille risquent aujoourd’hui la prison et même parfois leur vie pour gagner de quoi acheter des aliments de première nécessité. Dans un pays en crise où le coût de la vie est bien moins élevé que chez le voisin colombien, ils font passer en contrebande de la nourriture ou de l’essence vendue deux fois plus cher de l’autre côté de la frontière.