Retrouvailles tardives dans Le temps est à l'orage

Voir le site Téléfilms

Le temps est à l'orage
Par Aurélie Binoist|Ecrit pour TF1|2009-05-22T14:16:00.000Z, mis à jour 2009-05-22T14:16:00.000Z
Par le passé, Félix a cumulé les erreurs avec son fils, Paul. Père absent et joueur invétéré, il n'a jamais été une figure paternelle rassurante et équilibrée. Mais avec l'âge, le vieil homme a appris de ses échecs. Un atout précieux qui lui permettra de regagner l'estime de son fils, comme l'explique Pierre Mondy, son interprète.

Comment avez-vous entendu parler de ce projet ?
Suite à l'arrêt de Commissaire Cordier, la société Telfrance, qui produisait la série, m'a fait part de son envie de travailler à nouveau avec moi sur un unitaire. Nous avons évoqué ensemble différentes idées et, ensuite, plusieurs projets ont été développés en parallèle avant d'aboutir à cette histoire. En réalité, cette fiction a été faite sur mesure pour moi, puisque les auteurs se sont reposés sur ma personnalité d'acteur pour définir le ton du film. Le temps est à l'orage aborde des thématiques familiales chères à la comédie mais qui font également appel à l'émotion et la tendresse. J'ai le sentiment de me rapprocher des comédies dans lesquelles j'ai joué par le passé pour le cinéma et, plus récemment, pour la télévision, comme dans Bac +70.

Comment décririez-vous votre personnage ?
Félix est un retraité facétieux et bon vivant qui s'est fait renvoyer de plusieurs maisons de retraite suite à son manque de discipline... et sa propension à organiser des parties de poker sauvages ! Par le passé, il a mené une vie dissolue et a quitté sa famille alors que son fils, Paul, était encore très jeune. Si les deux hommes ont repris contact depuis longtemps, Paul en veut toujours énormément à son père. Mais malgré ses erreurs, Félix est un personnage attachant car, au-delà de son âge, il a conservé une forme de jeunesse. Très actif, il agit souvent de manière inattendue, loin de l'image traditionnelle du retraité.

Il a pourtant un côté «papi gâteau» avec sa petite fille...
Oui, ils sont tous les deux très proches, notamment parce qu'il se retrouve en elle. Comme lui, elle est de nature gaie et fait preuve d'un tempérament malicieux et espiègle. Il est également très attaché à sa belle-fille et n'hésite pas à la conseiller, avec beaucoup d'intelligence, dans ses problèmes de couple. Il l'aide notamment à reprendre confiance en elle, simplement en la poussant à se montrer un peu plus coquette.

N'est-ce pas étonnant de la part d'un homme qui a raté sa vie familiale ?
Au contraire, Félix a toute sa vie derrière lui. Il a su tirer les leçons de ses propres erreurs et a acquis une forme de sagesse, derrière son apparence insouciante. Il porte un regard lucide sur le monde qui l'entoure et anticipe avec perspicacité les réactions des autres et les évolutions possibles des événements. Il va d'ailleurs s'en servir pour aider son fils à ouvrir les yeux et va s'impliquer totalement. Je trouvais intéressant que ce soit ce personnage très imparfait et peu conventionnel qui permette à un couple de se retrouver. S'il avait été d'une rigidité morale absolue, ça n'aurait pas été amusant.

Michèle Bernier fait une petite apparition dans la fiction...
A l'origine, je ne savais pas qu'elle participerait à ce tournage. Joyce Buñuel nous avait prévenus qu'elle nous préparait une petite surprise et, un jour, elle est arrivée en compagnie de Michèle Bernier. Cette participation était un petit clin d'œil, témoignage de l'amitié qui lie l'actrice et la réalisatrice. J'en étais ravi car je connais Michèle depuis longtemps et j'ai beaucoup de tendresse pour elle.

Quelle était l'ambiance sur le tournage ?
Sans avoir jamais travaillé avec Bruno Salomone, je l'avais brièvement croisé sur un tournage et je connaissais déjà Alexandre Brasseur. Pour qu'une comédie comme celle-ci soit réussie, il faut que la bonne humeur règne sur le plateau, car les moindres frictions se ressentent à l'écran. J'ai donc essayé de fédérer l'ensemble du groupe dès le début, jouant mon rôle d'«ancien». Nous tournions à l'Ile de Ré et à La Rochelle et nous avons eu l'agréable surprise de voir à plusieurs reprises la production nous apporter un plateau d'huîtres et du vin blanc. Nous avons pleinement profité des plaisirs de la région !